Thierry Crouzet

Le roman de ma vie

Créatifs culturels

Depuis la sortie du Peuple des connecteurs, plusieurs personnes, dont Éric Seulliet, m’ont signalé la ressemblance entre les connecteurs et les créatifs culturels. Je n’avais jamais entendu parler d’eux. Les Échos ont publié une définition des créatifs culturels :

Après les « bobos » voici les « créatifs culturels », férus de développement personnel et d’ouverture aux autres mais menacés par le retour aux communautarismes.

Je ne sais pas si les connecteurs arrivent après les bobos mais pour le reste cette définition est valable. Les connecteurs sont ouverts aux autres puisqu’ils supposent que nous allons vers une société où nous nous auto-organiserons en interagissant les uns avec les autres.

Nous ne formerons pas pour autant de nouvelles communautés puisque la richesse de nos interactions dépendra de la diversité de nos caractères. Nous devons êtres ouverts aux autres sans chercher à leur ressembler. J’ai parlé dans le livre du devoir de différence. Nos pires ennemis sont les communautaristes de tout type (politiques, religieux, nationalistes…). Et je vois mal comment, à moyen terme, nos visions du monde opposées éviteront la confrontation violente.

L’article des Échos liste les caractéristiques des créatifs culturels. Quelle est la position des connecteurs ?

Anti-pubs (mouvement mis en évidence par No Logo de Naomi Klein). Je ne crois pas que les connecteurs soient anti-pubs, mais plutôt insensibles à la pub. Ils choisissent en comparant les offres sur le web, en s’informant, en dialoguant dans les forums. Une pub peut les intéresser si elle est informative.

Écologistes Pour les connecteurs, tout est connecté, le culturel comme le naturel. Une infime pollution à un endroit du monde peut créer une catastrophe à l’autre bout du monde. Ne pas être écologiste n’a plus aucun sens aujourd’hui.

Citoyens Les connecteurs sont de vraix citoyens car la société dépend exclusivement de leur engagement et non plus de celui des États qui perdent toute capacité d’action dans un monde devenu hypercomplexe.

Féministes Les connecteurs partagent tous les combats humanistes mais ils se situent au-delà : ils ne défendent pas plus les femmes que les enfants, ils défendent tout le monde, toute chose, même les éventuelles machines intelligentes qui sortiront bientôt des laboratoires.

Spiritualistes Les connecteurs sont athées mystiques, ils baignent au cœur d’une intelligence collective, ils croient en l’homme, en notre capacité de nous dépasser. Mais les connecteurs ne sont pas nécessairement adeptes des médecines parallèles, de yoga ou de sophrologie. Ils s’appuient sur la science, la technologie. Ils ne rejettent pas ce qu’ils ne comprennent pas. Ils cherchent à comprendre. Les connecteurs sont matérialistes, le matérialisme n’exclut pas la spiritualité. Leurs prises de positions se justifient scientifiquement. Les créatifs culturels sont peut-être des connecteurs spontanés. Je suis devenu connecteur par logique, ils le sont devenus intuitivement, naturellement.

Antimondialistes Les connecteurs sont plutôt altermondialistes. La mondialisation est déjà consommée, il faut maintenant que ce soit une mondialisation des hommes, pour les hommes libres, et non seulement pour le business. Les connecteurs sont des libéraux au sen de liberté individuelle et non d’économie de marché.

Faut-il alors appeler les connecteurs des créatifs culturels ? Non. Créatifs culturels est une appellation descriptive et non dénominative. Nous ne nous rassemblerons pas derrière une dénomination, derrière un constat, mais derrière un projet de société, d’une société ouverte à toutes les interactions et non refermée par des régulations arbitraires qui freinent notre libre expression et notre créativité.

, Connecteur

  1. ALaux Elisabeth

    post:Créatifs culturels (2006-03-07 10:15:43)
    Petite histoire ancienne, mais plus que jamais d’actualté et en devenir :
    Je nai pas lu le le book.
    Je vais le faire.

    Je suis tout ce que je viens de lire depuis si je vous le dis, ce sera une fois de plus étrange pour moi, mais depuis 83, quand j’ai eu "un vieux mamouth" au bout des doigts.
    je ne vous attendait pas, vu que je croyais ne pas le vivre)

    Quand on m’a demandé ce qui m’interréssait, pourquoi je voulais, à l’époque me former au vidéotex, (je vous évite l’histoire : choix français, choix arméricain avec les ordi..vous connaisez), je ne suis arrivée à dire qu’une chose qui faisait marrer tout le monde (et là je vous rassure, non je ne suis pas une victime (tout de même on ( qui est un con, comme tout le monde le sais, mais il est puissant) a bien faillit avoir ma peau.

    Je disais donc "Un jour , un peintre, pourra dans les 2 secondes (sic) communiquer au reste du monde ce qu’il a en tête (on y est pas encore, je sais) mais on en prend bien le chemin, et en plus, vu l’adversité rencontré et les freins rencontré, d’une part quand j’y pense je suis étonné de le voir se développer, de le vivre aussi rapidement, de voir la courbe exponentielle sur laquelle nous sommes depui 2001, et enfin de renter de plus en plus dans le sens du monde qui est le mien.

    De plus quand on me demandait, plus tard, ce qui m’animait, je disais que je pensais qu’en se servant du numérique puis d’Internet, on pouvait apporter la connaissance au plus grand nombre, même au sein des forces progressistes de l’époque, et en ayant trouvé la structure adéquate, le message n’est pas passé, il se rende compte seulement de leur retard depuis peu, tant pis, mais ça je ne le leur dirait pas… c’est devenu inutile. (Alors, bien que le conseil ne soit plus d’actualité, puiisque vous êtes passés outre, "Ne jamais s’adresser aux institutions, ce sont les freins de cette liberté et de ce nouveau monde que, vous vous, vous êtes vraiment en train de créer.

    Merci d’être là. Je me sens moins seule aujourd’hui (sic) bien que j’ai totalement décroché du point de vu de la technique et du reste… (et faisant toujours partie des force de progrés, je continue d’aliéner ma liberté à un système qui est toujours là bien présent, et qui m’a quelque peu emprisonné)

    Mais le sens et ce que vous développez, et ce que vous êtes, créent bien la réalité vers ce vers quoi nous allons. (je vais essayer de revenir dans la course, on verra bien) Je suis plus que jamais avec vous. Elisabeth

  2. zapatek

    Une enquête sociologique sur les créatifs culturels a eu lieu en France et sera bientôt publiée. Les créatifs culturels représenterait 17% de la population selon cette étude.
    Plus d’informations sur le site des créatifs culturels : http://www.creatifsculturels.fr

Comments are closed.