Thierry Crouzet

Le roman de la rentrée

Matrix reloaded

Que vous dire sur ma conférence matricienne de Fribourg samedi dernier ? Malgré la bisbille avec les philosophes, Patrice Maniglier et Frédéric Grolleau, je me suis bien amusé. Peut-être pas le public autant que moi comme le raconte Nathalie.

Je dois dire qu’après la conférence j’ai dîné avec mes deux philosophes et que nous nous sommes fort bien entendus. Devant le public, nous nous sommes pris au jeu. Je trouve d’ailleurs intéressant l’exercice de ne pas être d’accord et j’aime le pratiquer depuis longtemps. Après avoir assisté à une superbe conférence sur la rhétorique byzantine par Grégoire Sommer, l’occasion était trop bonne de me comporter en sophiste.

Voici quelques idées qui m’ont traversé durant la conférence :

1/ Dans la ligné de Karl Popper, je crois que la philosophie doit ouvrir la route devant la science. Donc un philosophe doit être au fait des dernières avancées intellectuelles, surtout les avancées objectives. Par exemple, il me paraît invraisemblable de se prétendre philosophe aujourd’hui sans maîtriser le théorème d’incomplétude de Gödel et ses développements par Turing. Bien sûr, je considère qu’il faut aussi avoir lu des gens comme Wolfram ou Chaitin… pour ne citer qu’eux. Leurs découvertes me paraissent plus importantes pour la philosophie que les théories physiques, comme la mécanique quantique, qui restent des modèles.

2/ Je ne dis pas que Maniglier ou Grolleau ignorent les scientifiques dont je parle (moi j’ignore presque tout des philosophes auxquels ils se réfèrent). Durant la conférence, je me suis juste dit voilà deux vieux philosophes qui croulent sous le poids de la postmodernité franchouillarde (ils ont chacun dix ans de moins que moi). En parlant avec eux après, j’ai compris que je me trompais. Je vais d’ailleurs leur envoyer tout de suite un mail pour leur proposer de boire un coup à Paris la semaine prochaine.

3/ Je crois que nous nous devons d’agir, de trouver une solution pour éviter une catastrophe planétaire. Entendre des arguties au sujet de la nature du réel me paraît presque immoral. Pour moi, la pensée doit mener à des applications pratiques. Tout ce que je fais ici le plus souvent c’est essayer de montrer qu’il existe de nouvelles possibilités politiques. Ça me paraît plus important que me demander si un verre est à moitié plein ou à moitié vide.

4/ Quant à Matrix, je persiste et je signe. Ce film n’est ni un chef d’œuvre cinématographique et ni une somme philosophique. Que les frères Wachowski se soient projetés dans le film en incarnant les laveurs de glaces, ça ne suffit pas pour faire intelligent. Hitchcock faisait toujours ça. Nombre de peintres comme Van Eyck se sont représentés dans des miroirs à l’arrière plan de leur œuvre. Chaque fois ils ont questionné la réalité représentée, signifiant qu’elle n’était qu’un simulacre. Ce n’est pas nouveau.

5/ En fait, je crois que je me suis mal fait comprendre samedi. Tout ce que j’ai dit au sujet de la matrice vaut pour notre monde. Si Dieu architecte existe, c’est un Dieu contemplateur. Maniglier a fait remarquer que ça ne servait donc à rien de savoir si un tel Dieu existait. Je suis d’accord avec lui sur ce point. Mais pas quand il dit que cette conclusion est sans intérêt. Des gens se font encore exploser au nom de Dieu. S’ils acceptaient l’idée d’un Dieu impuissant, il serait peut-être moins prompt à presser sur le détonateur.

6/ Nous avons aussi parlé de la possibilité d’entrer et de sortir de la matrice. J’ai évoqué WOW (Word of Warcraft) avec Maniglier. Voilà une matrice en gestation. De façon plus générale, beaucoup de gens entrent et sortent sans cesse de la matrice, tant ils séparent leur travail de leur vie privée. Pour ma part, j’essaie de rester dans ce que je crois être la réalité (ma réalité sans aucun doute).

7/ Je me souviens d’un autre point d’accrochage. Maniglier m’a demandé de définir la liberté ou la conscience, peu importe, j’ai refusé. Je ne vais pas revenir sur un sujet dont j’ai déjà beaucoup parlé. J’en profite juste pour rappeler ma conversation avec Geoffrey West. Il est directeur d’un institut dédié à l’étude de la complexité et il n’éprouve même pas le besoin de définir la complexité. Quand tu la vois la complexité, tu comprends ce que c’est. Idem pour la liberté et la conscience. Quand tu les éprouves, tu sais de quoi il s’agit. Ne pas les définir ne nous empêchera pas d’en créer. Refuser de définir, ce n’est pas refuser la conversation. C’est refuser de perdre du temps et préférer aller de l’avant.

En tout cas, je suis prêt à renouveler l’expérience fribourgeoise. Si les gens acceptaient de se frictionner un peu plus, je crois que ça revigorerait tout le monde. La langue de bois et le politiquement correct, c’est pas trop mon genre.

PS1 : Pour moi, la simulation est une réalité. Dans le cadre de la simulation, les Sim vivent dans un mode réel. J’ai expliqué tout ça dans Le peuple des connecteurs. Un simulacre, c’est quand on perçoit une réalité autre que celle de la simulation. La drogue, le rêve, les jeux… nous plongent chacun à leur façon dans des simulacres. On en sort en s’éveillant. Mais on n’est jamais sûr de ne pas être dans un simulacre. On pourrait dire qu’on peut sortir d’un simulacre, jamais d’une simulation (car elle est la réalité).

PS2 : WOW n’est pas une simulation au sens où je l’entends. C’est un jeu, une drogue pourquoi pas, qui peut nous arracher du réel, nous faire entrer dans un ailleurs, mais cet ailleurs n’est pas un monde en soit, autonome, il dépend de notre réel, de celui des joueurs en tout cas.

PS3 : Je dis pas que notre monde est une matrice mais que si Dieu existe il ressemble au grand architecte d’une matrice, en ce sens qu’il ne peut être ni omniscient ni omnipotent ni rien dans ce genre.

PS4 : J’aimerais que nous disposions effectivement d’un libre-arbitre. Je le crois mais rien ne le prouve. Dans une matrice, il peut aussi y avoir liberté ou non. Dans le film, les humains prisonniers de la matrice sont libres. Ils font ce qu’ils veulent dans le simulacre de réalité. Que ce soit un simulacre ne change rien au problème du libre-arbitre.

PS5 : Une simulation peut-être binaire, biologique, quantique… Notre monde est peut-être binaire d’ailleurs. Nous n’en savons rien. Une simulation est un monde en soit tout comme notre monde.

PS6 : Une matrice ne pourra jamais être déterministe, c’est impossible. Tout ne peut être calculé à l’avance, pas plus dans une matrice que dans notre monde. Je ne crois pas au contrôle. Dans Matrix, le monde des machines semble centralisé. On ne sait rien de celui de la matrice. Techniquement, il ne peut l’être à mon sens.

, Dialogue

  • frank

    Oui j’étais à Fribourg également et j’ai regretté que le débat avec le public était assez limité. Pour des questions de temps ? Je l’ignore…

    Bref une question que j’aurais voulu aborder est la question de la perception. Comment passe-t-on de la simulation au simulacre ? Comment un être humain fait-il la différence ? Dans Matrix (film que je n’ai hélas pas revu récemment), le héros a le choix entre deux pilules. A l’époque je m’étais demandé si ces pilules étaient hallucinogènes. Peut-on considérer un état second comme une sorte de “matrice” ? La définition même de Matrice n’a pas été clairement exposée.

    Qu’est-ce que le WOW ?

    En tout cas, nous avons eu beaucoup de plaisir à suivre votre conférence

  • http://blog.tcrouzet.com Thierry Crouzet

    WOW, c’est World of Warcraft.

    Pour la conf, tout devait se terminer avant 22h. On a respecté.

    Pour moi, la simulation est une réalité. Dans le cadre de la simulation, les Sim vivent dans un mode réel. J’ai expliqué tout ça dans Le peuple des connecteurs.

    Un simulacre, c’est quand on perçoit une réalité autre que celle de la simulation. La drogue, le rêve, les jeux… nous plongent chacun à leur façon dans des simulacres. On en sort en s’éveillant. Mais on n’est jamais sûr de ne pas être dans un simulacre.

    On pourrait dire qu’on peut sortir d’un simulacre, jamais d’une simulation (car elle est la réalité).

  • http://www.be-virtual.ch/blog/ Nathalie

    En fait, j’ai fini par penser que partir du film Matrix n’était pas le meilleur point de départ pour parler des mondes virtuels. Je m’intéresse beaucoup au concept de virtualité et j’utilise, pour en parler, la définition de Pierre Lévy: le virtuel constitue ce qui est en puissance (comme la graine par rapport à l’arbre). Son corollaire est l’actualisation: une partie des possibilités du virtuel s’actualise dans le réel. Je trouve cette idée très opérante quand on s’intéresse aux aspects véritablement virtuels d’Internet. Ainsi, il y a pour moi un musée virtuel sur Internet: il s’agit de toutes les oeuvres d’art, tous les objets historiques, archéologiques, ethnographiques dont les photos sont dispersés sur le Net. Avec un moteur de recherche, on peut actualiser une collection, grâce à quelques mots clés. On a le même phénomène avec un système de chat: on est potentiellement en contact avec des milliers de personnes, mais le contact ne se fait qu’avec quelques dizaines. Ces connections sont des actualisations. Ainsi, à mon sens, entrer et sortir de la matrice, c’est aussi passer du virtuel à l’actuel et, éventuellement, de rentrer dans un processus de virtualisation (ex: on rencontre des gens dans un système de chat et on les admet comme amis dans un site de networking: ces personnes, si elles l’acceptent, sont transportés dans un autre univers virtuel).
    La problématique simulacre/simulation est intéressante, mais je crois qu’on ne peut pas simplement opposer ces deux termes. Quand on pense à des systèmes comme WOW ou Second Life, les utilisateurs peuvent glisser presque sans s’en rendre compte de la simulation au simulacre. Comment leurs différentes personnalités, celle de la carte d’identité et celle du login, cohabitent? Quel est le statut des expériences vécu dans un monde simulé? Voilà encore bien des questions. Je suis d’accord avec les constructivistes pour dire que notre perception du monde est construite au fur et à mesure de nos expériences. Dans ce cadre, comment intégrons-nous les expériences de type WOW? Il n’est pas inimaginable de penser qu’elles peuvent constituer une partie de l’expérience d’une personne. Enfin, je trouve toutes ces questions fascinantes.

  • http://blog.tcrouzet.com Thierry Crouzet

    WOW n’est pas une simulation au sens où je l’entends. C’est un jeu, une drogue pourquoi pas, qui peut nous arracher du réel, nous faire entrer dans un ailleurs, mais cet ailleurs n’est pas un monde en soit, autonome, il dépend de notre réel, de celui des joueurs en tout cas.

  • http://www.sonia-milo.com Sterne

    Le Monde de Matrix:
    ———————–

    Vous pensez faire partie d’une matrice au sein de laquelle évolue les êtres humains aujourd’hui. Le lien qui ferait la démonstration de cette matrice serait de trouver selon
    vous une simulation qui la rende possible. Cependant la différence entre le monde de Matrix
    et le notre est que la matrice est imposée aux hommes par le grand architecte de la matrice, homme froid, fou et qui se veut humain. Dans notre monde actuel, les hommes ont le libre-arbitre tandis que dans Matrix les êtres humains ont l’illusion d’un libre-arbitre, car ils appartiennent tous à un même moule à quelques différences près. En effet, ils sont au service
    de cette machinerie bien huilée qu’est la matrice, inventée par le grand architecte.
    Toutefois, il subsiste dans le monde binaire de Matrix une part d’irrationnel que représente l’Oracle. Il est une sorte de défi pour la matrice dans le but de corriger ses propre bugs et d’atteindre une possible perfection un jour.

    Dans notre monde d’aujourd’hui, si un homme arrive à trouver une simulation qui amène une matrice de logique semblable à celle de Matrix, le risque est de généré une matrice qui parait prometteuse au départ pour répondre en fait au monde de Matrix. Toutefois, elle reste imparfaite pour le moment et demande chaque jour à être améliorée. Alors, le danger pour notre humanité est de monter de toute pièce une telle possibilité pour mettre en place à un Dieu, édifié par les hommes. Ce Dieu serait à leur tête et correspondrait en tout point au grand architecte du monde de Matrix. Le danger est qu’il receuillerait tous les suffrages pour mieux mystifier son monde. Avec quelle force?

    Ses outils seraient:
    Primo, la virtualité afin de rendre l’humanité dépendante d’un tel système et de faire croire à un monde lisse, humain et paradisiaque de façon artificielle.

    Secondo, la programmation de tous les êtres humains par le biais de la science et des technologies, applicables à tous les domaines de la connaissance.

    Tertio, la volonté de domination qui lui est monté à la tête et qui correspond à un dessein inavoué et inavouable dans le but précis de se maintenir au pouvoir et à sa place privilégiée
    de Dieu sur Terre.

    Le résultat:
    Prise de possession de sa position dominante de Dieu avec du machiavélisme en perspective.

    Aptitude:
    Habilité à manipuler les autres par la ruse avec un esprit malin.

    Maintien:
    Propagation d’un manque de repères et d’un manque de valeurs au sein de notre société.

    Danger:
    Dérives de la science qui peut aboutir au chaos

    Perspectives:
    Risque d’impasse et du Néant. Déshumanisation, Absurdités, Non-sens, Aberrations, Abominations et manipulations perverses.
    Causes:
    Folies des hommes pour une construction de la perfection, non vouée à l’amour pur et au divin. Superficialité dans l’amour, dû à un manque de profondeur spirituelle.

    Choix malheureux:
    L’humanité à opter pour la voie de la Raison Pure, c’est-à-dire la voie de la logique poussée à l’extrême qui justifie tout moyen avec l’entraînement de dérives de la science et des politiques de domination, car elle ne permet pas la liberté.

    Aboutissement:
    Générer le Diable sur Terre alors qu’il n’était qu’un concept des temps passés et qu’il est devenu l’œuvre des hommes du fait qu’ils sont tous ficelés à lui d’une manière ou d’une autre.
    En effet, le rôle de grand architecte aurait dévié en celui du diable personnifié.

    Espoirs:
    Choix de la voie spirituelle Responsabilisations de chacun  Paix possible sans la domination.

    Destination:
    Après le cauchemar de la voie de la raison pure, une éclaircie est possible pour avoir une Ouverture à l’Esprit Spirituel et devenir peut-être tous des Dieux, car notre monde est plus complexe que celui de Matrix du fait qu’il ne soit pas totalement binaire. En effet, la possibilité de mondes parallèles n’est pas à exclure et est peut-être plausible.
    La liberté nous offre de possibilités infinies pour autant que le monde ne soit pas calqué sur celui de la matrice de Matrix où tout semble hyperorganisé, hyperpensé, hyperjustifié et tourné sur lui-même. La liberté permet l’ouverture et de rêver à un monde meilleur.
    A Résumé notre monde, nous pourrions le formuler ainsi: Tout ne laisse pas beaucoup de chose au hasard, mais laisse tout de même une part de liberté. Ce propos parait antinomique, mais reflète bien les réalités de notre monde devant la complexité des problèmes à résoudre
    pour demain. Or, la liberté est l’avenir. Cet avenir est imprévisible et n’est pas rationalisable.
    C’est pourquoi, cet irrationnel nous porte à croire à un divin possible, empli d’amour pur.
    Oui, un irrationnel qui déjoue les volontés de le cerner par les voies de la raison. D’ailleurs,
    la raison du cœur n’est-elle pas ailleurs? A méditer…

  • http://blog.tcrouzet.com Thierry Crouzet

    @Sterne On se comprend mal. Je me suis expliqué dans le peuple des connecteurs. Je dis pas que notre monde est une matrice mais que si Dieu existe il ressemble au grand architecte d’une matrice, en ce sens qu’il ne peut être ni omniscient ni omnipotent ni rien dans ce genre.

    Et puis, j’aimerais bien que nous soyons sûrs de disposer d’un libre-arbitre. Je le crois mais rien ne le prouve. Dans une matrice, il peut aussi y avoir liberté ou non. Dans le film, les humains prisonniers de la matrice sont libres. Ils font ce qu’ils veulent dans le simulacre de réalité. Que ce soit un simulacre ne change rien au problème du libre-arbitre.

    Et pourquoi parlez-vous de binaire? Qu’est-ce que le binaire vient faire là-dedans? Une simulation peut-être biologique, quantique, ou toute autre. Notre monde est peut-être binaire d’ailleurs. Nous n’en savons rien. Une simulation est un monde en soit tout comme notre monde.

  • http://www.sonia-milo.com Sterne

    C’est bien de préciser les choses concernant notre monde et la matrice. Je pense que votre explication se tient. A mon sens, tant que le gens qui peuplent Matrix sont dans le moule, il ne chercheront pas à en sortir. C’est pourquoi, ils restent dans l’illusion de la liberté. En effet, ils croient la saisir par rapport à ce que l’on leur offre, mais c’est du faux que l’on leur présente puisque tout est programmé et prévu à l’avance. Ils sont ficelés.

    Si j’ai parlé de binaire pour le monde de Matrix, c’est que ce monde est partagé entre deux pôles: ceux qui veulent préserver à tout prix le rôle de la matrice et ceux qui luttent pour en sortir pour bénéficier d’une meilleure liberté.

    Par ailleurs, la chose étonnante de la matrice de Matrix est qu’elle produit un monde très hiearchisé à l’envers de ce que vous suggérez. Je suis sûr que vous redoutez un tel monde.

    Maintenant, si notre monde constitue un cocon dont tout autour de nous informe Dieu telle une matrice, je pense que le Divin souhaite que le monde évolue vers la Voie Spirituelle, applicable pour le plus grand nombre tout en laissant les hommes libres de faire des choix jusqu’au jour où cette énergie divine décidera peut-être d’intervenir pour ne pas nous laisser tomber dans le néant. D’ailleurs les choses de notre monde ne sont telles pas toutes intereliées, interconnectées et interdépendantes. Vous êtes-vous posez cette question?

    Amicalement et Bien à Vous,

    Sterne

  • http://blog.tcrouzet.com Thierry Crouzet

    J’ai écrit un article sur l’interdépendance et je suis bien d’accord avec vous.

    Une matrice ne pourra jamais être déterministe, c’est impossible. Tout ne peut être calculé à l’avance, pas plus dans une matrice que dans notre monde. Je ne crois pas au contrôle.

    Dans Matrix, le monde des machines semble centralisé. Celui de la matrice on n’en sait rien. Techniquement, il ne peut l’être à mon sens.

  • http://www.sonia-milo.com Sterne

    Merci de m’avoir répondu.

    Pourriez-vous écrire un article sur votre vision de la matrice présente et future de notre monde sans référence à celle de Matrix pour bien préciser les choses? Je pense qu’un article serait profitable pour tous même si vous reprenez des éléments que vous avez déjà écrits. Rien ne vaut une certaine synthèse pour mieux cerner une chose nouvelle. Merci d’avance!

    Amicalement et Bien à Vous,

    Sterne

  • http://blog.tcrouzet.com Thierry Crouzet

    J’ai consacré une bonne partie du peuple des connecteurs à ce sujet. J’ai vraiment pas le temps de revenir là dessus en ce moment. Désolé. Faut que j’avance mon nouveau livre.

  • http://www.fredericgrolleau.com frederic grolleau

    bonjour,
    je reviens à la charge concernant le (faux?) débat fribourgeois pour indiquer aux amateurs – avérés ou potentiels – de cette mémorable soirée que :
    1 – le texte complet de ma conférence est consultable à cette adresse :
    http://www.fredericgrolleau.com/article-4014871.html

    2 – Des extraits TV dudit débat sont consultables à cette adresse, en accès payant :
    http://www.simhaprod.com/vid/festivals.html

    Il reste encore beaucoup à faire pour faire avancer le débat & je veux bien me pencher sur le fonctionnemet des teraflops mais je refuse d’être assimilé à un “postmoderne franchouillard” (merde alors, j’suis un pionnier de la critique litteraire online en France , mdr)

    take care, the matrix has you
    bzzzzzzzz,
    fg

  • http://www.be-virtual.ch/blog/ Nathalie

    Bonjour,
    Petit retour sur Matrix, même si je vois que vous consacrez vos réflexions à la politique et le Web. Frédric Grolleau a publié le texte qu’il avait prévu de dire il y a quelques semaines à Fribourg. Je l’ai lu et je l’ai trouvé très intéressant. J’ai mis le lien sur mon blog avec un petit commentaire:

    http://www.fredericgrolleau.com/article-4014871.html

    http://www.be-virtual.ch/blog/index.php?entry=entry061002-003750

    Personnellement ça m’a donné l’envie d’aller un peu plus loin et de lire les philosophes auxquels il se réfère (Putnam et Searl).
    Quelqu’un a même mis la vidéo de la conférence sur le Net. L’adresse est quelque part dans un commentaire, mais je ne fais pas de pub, car c’est payant (!).
    Cordialement

    Nathalie