Thierry Crouzet

Facebook et Friendfeed :
la stratégie de l’enfermement

De plus en plus d’outils cherchent à nous éloigner de notre URL personnel, chez nous quoi, pour nous attirer chez eux. « Visitez dans notre centre commercial, ne restez plus sur votre terrasse à discuter avec vos amis, nous dit-on. Vous n’avez même plus besoin d’aller chez eux, ils viennent aussi. » Super.

Facebook m’insupporte pour cette raison, Frienfeed aussi. Ces services finissent par vous faire croire que le web se résume à eux seuls. Plus besoin de surfer. « Pour votre confort, nous rassemblons tout sous une interface homogène. » Les applications comme Seesmic Desktop ont la même ambition. On se croirait revenu à l’époque de CompuServe.

Je me suis souvent exprimé à ce sujet. Plus nous utilisons des services centralisés, plus nous renonçons à nos libertés numériques en même temps qu’à notre identité numérique. Pas la peine après de gueuler contre Hadopi. Quand tu places tout ton contenu ailleurs que chez toi, faut pas se plaindre si après tu te rends compte que tu n’as plus de chez toi, que plus personne ne sait où tu habites.

C’est un peu comme si après avoir eu des maisons individuelles, les blogs, on nous conseillait de vivre à l’hôtel. D’y venir avec nos bagages, de les déballer un peu partout, d’acheter des tonnes de trucs en plus, de s’installer quoi. Moi j’aime bien les hôtels mais uniquement en voyage et provisoirement. J’en repars avec mes bagages.

Ce que vous faites sur FriendFeed vous ne le faites pas chez vous. C’est comme si vous alliez repeindre à l’œil les bureaux de Total. Agrégez vos flux, c’est très bien. Créer du contenu spécifique sur un agrégateur, c’est un peu le serpent qui se mort la queue. Bientôt il faudra intégrer les flux FriendFeed à FriendFeed.

Peut-être suis-je un peu obsédé mais j’aime, quand j’écris quelque chose, de ne pas le perdre de vue. Souvent, quand j’ai eu envie de commenter un billet sur un blog, j’ai écrit un billet chez moi avec un lien. Quand je twitte, je compile automatiquement mes tweets dans des billets. Sur mon blog, je rassemble ma vie numérique. Je n’ai aucune envie que quelqu’un se charge de ce travail à ma place, sinon j’aurais l’impression de lui remettre les clés de ma maison et de l’ensemble de mes données.

Que mon contenu soit repris, sur Facebook, Friendfeed ou ailleurs, ne me gêne pas. En revanche, idéalement, je voudrais que les commentaires et tout ce qui tourne autour se synchronisent, et dans les deux sens. Qu’il existe plusieurs images d’une même information, disponible sous diverses interfaces ok, mais que chaque interface donne lieu à des débats séparés, me paraît stérile, en tout cas quasi impossible à gérer pour l’auteur qui devrait partout se répéter. Pour le moment, j’ai envie que mon URL reste chez moi et que mes données restent dans ma bases de données.

Notes

  1. J’utilise Twitter pour capter l’humeur du temps. Je pêche souvent au vol des informations qui m’intéressent. Je teste des idées, recueillent vite des réactions. Intéressant quand on écrit un livre. C’est un complément du blog.
  2. Je n’utilise pas Twitter pour discuter ou expliquer quoi que ce soit. On m’a parfois demandé de développer une idée. Twitter n’est pas le lieu, surtout pas le lieu adapté à la discussion.
  3. J’utilise Seesmic Desktop pour agréger mes deux comptes Twitter et mon compte Facebook, pour filtrer les messages et les trier.
  4. FriendFeed reste pour moi une sorte de Seesmic Desktop qui autorise la conversation et qui affranchit de la limitation des 140 caractères (ni plus ni moins qu’une plateforme de blog déguisée en fait – avec fonctions sociales et agrégation – ok, ça fait beaucoup de différences). On peut créer des groupes, filtrer, chercher…
  5. On peut animer une communauté sur FriendFeed mais pour un blogueur pourquoi ne pas l’animer sur le blog, au contact direct avec la source, avec les lecteurs qui connaissent l’historique des thèses défendues ? Pourquoi déménager de chez soi, sinon pour accroître la valeur de FriendFeed ? Dans l’espoir d’un retour vers la source ? Les gens oublient déjà que les blogs repris sur Facebook existent ailleurs. Ce sera bientôt le cas sur FriendFeed.
  6. Pour le moment, FriendFeed en France, c’est un peu le café du commerce, ça reste amusant, surtout pour ceux qui n’ont pas de blog. Heureusement, avec les fonctions d’agrégations de FriendFeed, on peut y être sans jamais y aller.
  7. À l’occasion je regarderai les plugins de synchronisation avec WordPress. Pour Twitter, j’ai déjà été obligé de créer le mien. Je ne voulais pas afficher les tweets mais les compiler, les afficher, les stocker ailleurs que chez Twitter.
  8. J’écris ce billet après l’emballement qu’a connu le FriendFeed francophone (j’ai gagné plus de 100 followers rien qu’aujourd’hui mais ça chauffait depuis la disponibilité des nouvelles fonctions d’importation). Ce qui me tue c’est que Scoble fait la promo du truc depuis un ans.

Tags: , , Coup de gueule

63 commentaires

  1. Boycott de Facebook

    DARPA : projet du pentagone pour centraliser les informations sur chacun d’entre nous.

    C’est les anciens du DARPA qui ont infiltré sinon commandité Facebook.

    Facebook est le plus grand réseau d’espionnage du monde, à l’insu du plein gré des cons qui s’inscrivent.

    Internet libre commence en fuyant Facebook.

    Boycottez ces outils de l’impérialisme américain.

    BOYCOTT DE FACEBOOK !

  2. 000

    “Pas la peine après de gueuler contre Hadopi.”

    Exactement. il faudrait un peu plus de cohérence chez les anti-système.

    L’essentiel n’est pas de lutter contre les Etats ou contre de vieux ennemis déjà dépassés.

    Mais de lutter contre des principes viciés et dangereux, qu’on retrouve aussi bien dans le “nouveau monde” du Web 2.0

    “C’est comme si vous alliez repeindre à l’œil les bureaux de Total.”

    Et oui.

    Maintenant, c’est clair que ces services sont très forts pour sembler utiles, rassembler des fonctions pas simples à décentraliser.

    Le pouvoir qu’a Facebook de vous couper d’un coup de tout votre réseau social s’il supprime votre compte…

    Le pouvoir de Google de mettre votre site en liste noire, bloquant 80% des visites…

    On ne devrait jamais accepter cela, un tel pouvoir entre deux ou trois mains de géants. Jamais.

    Et imaginez un peu le mec qui se retrouve en conflit grave avec Facebook ou Google: ces géants ont dans leurs bases des infos ultra-confidentielles quand elles sont combinées.
    C’est de la folie de se mettre entre les mains d’acteurs aussi tentaculaires.

    On ne devrait pas les nourrir.

    Il faut au moins faire jouer la concurrence, pour empêcher un acteur d’être tout puissant.

    Aucun acteur ne devrait avoir dans son filet plus de 30% des usagers d’un type de service. Et encore, c’est déjà une puissance bien considérable.

  3. Stanislas J

    Thierry, tu es trop pessimiste !

    Après plusieurs mois d’observation de la commuauté US de FriendFeed, je n’ai jamais constaté la mort des commentaires sur les blogs!
    En revanche, FriendFeed permet d’autres types de conversation que les blogs ne permettent pas!

  4. Thierry Crouzet

    J’ai jamais parlé de la mort des commentaires mais de leur éparpillement. Regardez ce qui se passe en ce moment même ? C’est la démonstration.

  5. alphoenix

    C’est ce que je disais dans mon dernier article. Selon moi, on ne s’enferme pas du tout avec FriendFeed. FriendFeed encourage à se disperser partout où c’est possible, à partager, à visionner, à favoriser, à liker. Et tout ça se retrouve sans moi sur FriendFeed.

  6. John Doe

    Je suis tout à fait d’accord quant au risque qu’une plate-forme sociale puisse absorber les conversations et discrètement les voler à ceux qui devrait en bénéficier: les auteurs, les lanceurs de discussions.

    Ceci dit, je ne comparerais pas Friendfeed avec Facebook, sinon pour mieux les différencier. Particulièrement sur la question de la philisophie des dirigeants.

    Facebook a décollé grâce à ses barrières. Ce n’est pas pour rien que le profil a un “mur” :) Ces jours-ci, Facebook joue la carte de l’ouverture, avec les pages de Fan, avec la posibilité d’exporter son flux sur des applications type Seesmic, etc. Mais ils ne le font que parce qu’à cause de la menace de Twitter, qui lui est 100% ouvert.

    Friendfeed, lui, est géré par des anciens de Google (en particuliers Gmail, dont le dirigeant de FF est le créateur; et Google Maps). Google est un géant, mais il est à 100% pour la libération des données (si tout se faire sur le Web clos, comme Facebook, Google et bon nombres de startup mourreront). Friendfeed a toujours était ouvert. Leur API (pour développer des appli tierces) est bien plus ouverte que celle de Twitter.

    C’est pour ça que j’ai confiance dans la volonté de Friendfeed de donner plus de pouvoir aux auteurs et aux lecteurs.

    La nouvelle version de l’API de FF vient de sortir, et on ne va pas tarder à voir des super plugin pour synchroniser les commentaires entre ton blog et les entrées Friendfeed. C’est ça qui devrait lever tes soupçons.

    Ensuite, tu me sembles te tromper sur la nature de FF, “i une sorte de Seesmic Desktop qui autorise la conversation et qui affranchit de la limitation des 140 caractères”:

    Friendfeed devrait remplacer Twitter, parce qu’il fait tout ce que Twitter fait mais en mieux et fait bien davantage. Voici une liste impresionnate que j’ai trouvé à ce sujet:

    ● Discussions en temps-réel: il n’est jamais nécessaire de rafraîchir la page, pour les discussions mais aussi les recherches (ex: http://friendfeed.com/search?q=google)
    ● recherches “sauvergardable”
    ● Notifications multiples et en temps réel (par email, par MSN ou Gmail chat, par notification sur le bureau, etc.)
    ● likes et commentaires. Oui, ce que Facebook lui a volé, et qui manque à Twitter :)
    ● Pas de spammeurs: derrière Twitter se trouve l’équipe de blogspot.com, derrière Friendfeed, oui, c’est Gmail (et tout s’explique)
    ● Regroupement des messages identitiques ou des salves de tweets. On se fait pas bombarder par 10 RT identiques
    ● Possibilité de joindre des fichiers aux messages: mp3, PDF, documents… possibilités infinies, pas besoin de services supplémentaires comme tinypic & cie
    ● Meilleurs de la journée, de la semaine, du mois: parmis tous tes contacts mais aussi parmis des groupes particuliers (le meilleur parmis mes contacts pro, les sujets tech…)
    ● Possibilité de masquer des entrées (une par une, ou tout un service)
    ● Possibilité de voir ce que tes amis aiment ou commentent
    ● Liste d’abonnements: ce sont des groupes de contacts personnalisables. On peut avoir: tech, fun, games… mais aussi famille, pro, amis…
    ● Salons de discussions: pour parler d’un sujet et trouver des contacts avec les mêmes centres d’intérêts (public ou privé). Des entreprises les utilisent même en interne pour collaborer.
    ● Recherches très avancées: on filtre selon le nombres de likes, commentaires, les personnes qui ont commenté (amis?), les contenus des commentaires, la localisaiton géo, etc.
    ● Vidéos et images visibles dans Friendfeed (vimeo, youtube, collegehumour, yfrog…). Pas comme Twitter où il faut cliquer des URL bizarre avant de tomber sur une photo qu’on a deja vu 100 fois
    ● URL dé-raccrourcis: plus de bit.ly ou tinyurl qui cachent le domaine en question (c’est important de voir sur le tweet lui-meme si le lien mène vers lemonde.fr ou blog.inconnu.de
    ● Grande disponibilité de l’équipe Friendfeed
    ● Mini-profil qui s’affiche sans avoir à changer de page et depuis lequel tu peux directement t’abonner
    ● Possibilité de supprimer ET corriger ses entrées et commentaires (y’a peu de fautes d’orthographse sur FF)
    ● Possibilité de modérer ET fermer une discussion: pas de troll (on peut aussi bloquer directement qqun)
    ● Possibilité de partager une entrée, avec ses images et possible export vers Twitter
    ● Possibilité d’encapsuler une discussion (qui s’affichera en temps réel) n’importe où sur la Toile. Exemples ici http://novovision.fr/?Deux-ou-trois-choses-au-sujet-de
    ● Idem pour les recherches en temps-réel. Exemple http://blog.friendfeed.com/2009/07/real-time-search-we-have-it-its-here.html
    ● Possibilité d’interagir depuis MSN ou Google Chat

    Y’a pleins d’autres énormes avantages, et surtout, y’a des nouveautés presque toutes les semaines (récemments, ils ont introduit des thèmes magnifiques).

    La structure de Twitter ne lui permettra jamais d’avoir toutes ses fonctionnalités. Et vu que les gens commencent à migrer, Twitter n’aura pas beaucoup d’intéret.

    Les Seesmic Desktop et autres dépendent directement des fonctionnalités de Twitter. Ils doivent attendre avant de pouvoir développer qqchose. Friendfeed, eux, n’arrêtent pas d’innover. Ils n’attendent pas Twitter (qui a tellement de problêmes de spam, de plaintes de célébrité, de pannes de courant…).

    M’enfin, on pourrait encore en dire beaucoup. Je vous laisse vous y essayer un peu. Perso, j’ai l’impression d’être 20 ans en avance sur le reste d’Internet (surtout grâce au temps-réel) et sur ceux qui essaient d’y voir clair sur Twitter.

    L’important pour Thierry et les autres blogueurs, c’est de comprendre Friendfeed (sa technologie mais surtout sa philosophie d’ouverture), et de faire en sorte que quand leurs lecteurs s’y mettent, c’est mieux d’y être et de le maîtriser.

    Je suis impatient que ce blog soit synchronisé avec FF. Et on s’y retrouve! :)

    John

  7. narvic

    Thierry, j’ai l’impression que ton billet se mord lui aussi un peu la queue. ;-) Chez soi sur son blog, mais pas chez soi chez Twitter ou Friendfeed ? Pourtant, celui qui tient la clé, c’est l’hébergeur du service, par l’éditeur ! Je suis tout aussi lié à mon hébergeur ovh pour novövision qu’à mon hébergeur Twitter, facebook, delicious ou friendfeed. Et je ne maîtrise rien de plus avec l’un qu’avec l’autre…

    Les choses changeraient peut-être avec un hébergement distribué P2P (comme la nouvelle version d’opéra le suggère), mais on en est encore loin.

    Et puis, il y a des moyens de rassembler un peu tout ça “chez soi” à nouveau. J’y travaille, et je me rassemble. ;-)

  8. ked

    Merci pour cet article qui pose des questions intéressantes, notamment sur la perte de nos libertés numériques. Il faut y prendre garde mais il faut également voir les avantages de friendfeed: gain de temps, relative “centralisation” des discussions, etc.
    Pour ma part, je ne blogue plus beaucoup mais j’aime toujours participer à des discussions voire les initier. Friendfeed me semble mieux répondre à ces attentes que twitter tout en étant plus simple et immédiat que des billets de blog.

  9. jeromeflipo

    Je suis très content de Friendfeed, et suis très sensible au respect de mes droits et de ma vie privée.

    Mais narvic me semble avoir tout juste en soulignant que Friendfeed ou un blog seul, ca ne change pas grand chose puisque sur Friendfeed, on reste propriétaire du contenu (exactement comme sur le blog).

    Mieux encore, je pense qu’en y synchronisant les commentaires, on se créée une protection (et une audience) supplémentaire.

    Je pense que l’argument de Thierry revient (un peu) à refuser l’indexation de son contenu par un moteur de recherche:
    “Je ne vais pas donner le pouvoir à un intermédiaire pour qu’il gère ma porte d’entrée: on peut accéder à mon blog via son URL, et je ne vais pas me rendre dépendant de Google & cie. Celui qui veut partager le lien de mon URL le fait comme il veut, mais personnellement, je ne vais commencer à filer à un service supplémentaire la gestion de mon référencement.”

    Je me trompe?

  10. 000

    “Je suis tout aussi lié à mon hébergeur ovh pour novövision qu’à mon hébergeur Twitter, facebook, delicious ou friendfeed.”

    Faux.

    Rien de plus facile que de transférer un blog wordpress d’un hébergeur à un autre.

    Si votre compte Facebook est fermé, il est fermé. Vous êtes lié à Facebook, qui n’est pas seulement hébergeur mais qui possède tout votre contenu et vos contacts.

    On possède bel et bien son blog, l’hébergeur est interchangeable,
    tandis qu’on dépend de Facebook pour Facebook.

    Confondre OVH et Facebook est assez étonnant de la part de quelqu’un qui parle toute la journée d’Internet ! C’est vraiment complètement différent comme dépendance et emprise.

  11. narvic

    @ 000 : Et si c’est pas l’hébergeur du contenu, c’est celui du nom de domaine… tu pourras tourner le truc dans tous les sens, il n’y a aucune différence fondamentale : il y en a deux qui tiennent les clés de tout le système : les fournisseurs d’accès et les hébergeurs, et quoi qu’on dise de l’internet décentralisé : ces verrous-là sont extrêmement centralisés.

  12. 000

    Le nom de domaine c’est contournable très facilement.

    Tu donnes ton adresses IP, tu prends un autre nom de domaine, et basta.
    Tu perds quelques visiteurs mais pas ton contenu.

    Désolé mais c’est vraiment COMPLETEMENT DIFFERENT.

    Si Facebook ferme, tout le réseau social disparait. La plupart des membres n’ont même pas l’adresse e-mail de leurs contacts.

    Tu es COMPLETEMENT dépendant de Facebook pour la totalité du service social qu’il assure.

    Si OVH ferme, tu reconstruis ton blog en dix minutes ailleurs.

    Le fournisseur d’accès te bloque, tu descends et tu vas dans un café Internet, ou tu vas chez le voisin.

    Ce sont des prestataires techniques interchangeables.

    Facebook n’est pas interchangeable: tu construis dessus un réseau unique et très compliqué à exporter.

  13. narvic

    @000

    Ça y est, t’es reparti comme en 14, à pinailler sans avoir cherché à comprendre de quoi on parle… Tu as trouvé un nouveau cheval de bataille. Comme d’hab… :-(

    C’est pas FONDAMENTALEMENT différent, c’est même EN REALITE la même chose. Mais réfléchis avant de gémir, au lieu d’être comme ceux qui, éternellement, crient avant d’avoir mal. Merci.

    A moins que tu aies un réelle expérience du blog, des questions relatives à son hébergement et à l’hébergement de son nom de domaine… Auquel cas je pourrais peut-être consentir à envisager que tu aies quelque chose d’intéressant à nous apprendre sur le sujet. C’est quoi, au fait, l’adresse de ton blog ?

  14. zoupic

    J’ai découvert cet article via friend feed, l’ai lu sur facebook, commenté sur facebook, revenu sur FF pour lire les 46 comments, puis jumpé sur le blog pour voir les 14 comments restants et pouvoir ajouté ma pierre, une autre.

    Qu’est ce qui est centralisé et qu’est ce qui n’est pas?
    De quoi suis-je vraiment le propriétaire et ai-je le contrôle total et de quoi n’est-ce pas le cas?

    Tant que mon PC, ou mon deuxième pc ne sera pas mon serveur, tout est chez les autres. Après ça se fragmente en morceaux selon le degré de contrôle et la vitesse à laquelle je peux exporter et ré-implanter mon contenu, à savoir la compatibilité.

    Différence entre un post chez twitter, facebook, over-blog, wordpress hébergé chez ovh et blog maison hébergé maison, dépend principalement de celui à qui tu fais confiance.

    Pour répondre à la question de Thierry et paraphraser mon comment facebook, il faut du open-source, libre qui s’installe chez moi et chez les autres et qui s’update en temps réel.

    La différence entre le blog de thierry et FF et qu’il faut se log chez FF pour commenter, alors qu’ici un simple name/mail/site suffit, et on se doute que Thierry n’utilisera pas nos données, ailleurs c’est moins sûr.

    Le concept même de l’utilisation des tuyaux, même si pour des raisons pratiques on aurait envie d’en utiliser qu’un qui fasse tout et que plus on centralise, plus on se rapproche d’un pareto, qui en version 1984/hadopi donne de plus en plus de pouvoirs aux mêmes mains.

    Naissance d’un besoin de plus en plus urgent d’avoir des pcs qui soient clients ET serveurs pour des sites tout faits (opensources) contenant et rassemblant, mes photos, mes vidéos, mes posts, mes twitts ou autres, mes amis, mes mails, mes commentaires updatable en temps réel chez ceux avec qui j’ai envie / confiance pour le partager.

  15. Monsieur Poireau

    Pour ma part, je ne comprends simplement pas la nécessité des réseaux sociaux. Si j’ai un truc à dire, je ponds un texte sur mon blog et les gens qui le veulent viennent lire et commenter.
    Je ne vais pas passer ma journée à raconter des conneries sur internet avec twitter, frindfeed ou facebook, j’ai une vie à vivre !
    :-)))

    (C’est quoi cette maladie de vouloir tout le temps raconter des machins sur internet ? La bavardite ? :-)) ).

  16. Thierry Crouzet

    1/ FriendFeed c’est bien, c’est pas le problème, je me moque de la duplication partout… même de l’éclatement des commentaires des autres, c’est leur problème, mais je me moque pas de l’éclatement des miens par rapport à mes articles. Si dans un ans, je veux revenir sur un sujet, j’irais jamais recoller tous les bouts.

    2/ Rien contre ses services si synchro bidirectionnelle (ce qui n’est vraiment le cas que pour Twitter).

    3/ Vieille leçon. Les produits qui se veulent les couteaux suisses marchent mal en informatique. La vieille lubie de l’intégration. Twitter est génial parce qu’il ne fait qu’une chose bien. Friendfeed veut tout faire (pas étonnant pour un mec qui vient de Google).

    4/ Faut pas dire n’importe quoi sur l’hébergement. Mes données elles sont sur mon PC en permanence, je les tiens entre mes mains, même si elles sont aussi chez mon hébergeur. Mes commentaires sur FF ne sont pas chez moi tant que je n’ai réussi la synchro (et en attendant ce moment) je ne suis plus tout entier. Je publie plus tard un article à ce sujet.

    5/ Mes données je dois pouvoir les mettre où je veux quand je veux. Sous un nouveau domaine, un nouvel ordinateur, les héberger chez moi… C’est ma liberté numérique. C’est le cas avec mon blog. Pas avec mon FB ou FF… et pour twitter ça prend 2 secondes de migrer sur une plateforme opensource. Peut-être que c’est pas évident pour ceux qui ne sont pas tekos mais pour moi ça fait toute la différence, entre l’esclavage et la liberté.

  17. pagesapages

    Je suis peut-être très mal réveillée/embouchée – ou alors je n’utilise pas du tout le blog et internet avec les mêmes attentes – mais je ne vois pas le problème au fond (c’est juste mon point de vue, hein).
    Que les commentaires arrivent ici, là ou 100 mètres à gauche, il me semble que l’idée c’est de communiquer au départ, et que c’est le sens des commentaires qui importe, plus que leur format ou leur plateforme.
    En bloguant et en twittant et le reste autour, je ne me sens pas compiler une “œuvre” appelée à durer qui nécessite que je garde une trace de mes RT quelque part (le terme “quelque part” doit être prononcé ici avec une sorte de tremblement interne inquiet et une lampe de poche verte sous le menton, comme dans Xfiles :-) ). C’est dans ma tête que ça se joue. Mais c’est sûr que je ne me place que sur le plan du partage d’infos ou de sentiments. Finalement je n’utilise que la face “sensible” du net et pas son côté statistique ou classement ou fréquentation ou visibilité ou technique.
    Et puis je ne suis pas sûre non plus de l’intérêt que j’ai à garder mes commentaires à moi que j’ai au même endroit comme un écureuil ses noisettes. Si j’ai un thème très important à mes yeux qui mérite plus qu’un commentaire, je fais un billet (avec toujours en tête l’idée que ma voix n’est que ma voix, petite, partiale, imparfaite, et pas un référent).

    Non, plus j’y pense (et avec un deuxième café j’y arrive :-) ) plus je crois que tout dépend des attentes et de l’utilisation personnelle du net. (et voilà, je viens d’arriver à inventer le fil à couper l’eau tiède sous vos yeux, mesdames messieurs). Bref, juste pour dire que l’outil n’est jamais négatif en soi.

  18. Eric

    “Que mon contenu soit repris, sur Facebook, Friendfeed ou ailleurs, ne me gêne pas. En revanche, idéalement, je voudrais que les commentaires et tout ce qui tourne autour se synchronisent, et dans les deux sens.”

    J’ai exactement le même souhait!

  19. Thierry Crouzet

    Je ne suis pas que dans l’instantané. Les fils pour moi sont plus que des conversations superficielles. Voilà pourquoi j’entends les recoller. Ce qui ne me vient pas à l’idée pour les conversations de café (quoique parfois il faudrait). De la différence entre l’écrit (surtout pour quelqu’un qui ne fait que ça de ses journées) et de l’oral.

  20. 000

    “Mes données je dois pouvoir les mettre où je veux quand je veux.”

    Voilà.

    Le jour où Facebook présentera un bouton EXPORT permettant de récupérer toutes les données, ce sera déjà différent.

    Et encore, tous les contacts restent identifiés par leur adresse Facebook, donc sont piégés par le système: je ne peux pas les contacter autrement.

    Ce n’est pas un réseau fiable, à moins de demander chaque fois une adresse e-mail pour ne pas perdre le contact en cas de problème avec Facebook.

    -

    Thierry marque bien la différence FONDAMENTALE entre un blog dont les données sont chez moi en fichier SQL que je peux mettre n’importe où

    et FACEBOOK dont on ne peut pas exporter l’ensemble des données, dont les contacts sont tous SUR facebook et qu’on ne peut contacter autrement qu’en passant par Facebook (on ne leur demande plus leur e-mail), ou une application passant par Facebook.

    -

    Narvic, désolé, mais autant sur certains sujets vos analyses sont intéressantes, autant sur d’autres vous butez sur un manque de connaissance ou de compréhension ou de réflexion.

    Il y a une différence fondamentale entre OVH et Facebook, Thierry la voit très bien, si vous ne la voyez pas Narvic c’est inquiétant pour votre compréhension d’Internet, mais on peut combler ses lacunes à tout âge si la volonté de compréhension est là. :-)

    -

    Par ailleurs, OVH ne scanne pas les données hebergées pour en faire un portrait robot de l’utilisateur à destination des publicitaires (ou de la CIA ? cf les investisseurs de Facebook)

    OVH respecte la confidentialité des données, Facebook récupère tout et s’accorde même une licence perpétuelle sur tout le contenu que vous lui confiez.
    Facebook peut utiliser une photo que vous lui confiez, et en faire ce qu’il veut sans vous demander l’autorisation.
    Et cela, même une fois que vous avez supprimé la photo.

    http://www.rue89.com/2009/02/17/facebook-peut-utiliser-toutes-les-donnees-choisissez-vos-amis

    “Facebook peut dorénavant utiliser librement tous les contenus diffusés sur le site, même si un utilisateur efface un document ou ferme son compte. Cela s’appelle une licence perpétuelle et mondiale.”

  21. JB Ingold

    Je ne suis pas tout à fait d’accord tout d’abord le web ne va de moins en moins se résumer à des sites ou des blogs, l’information est fluide et les commentaires encore plus.

    Actuellement FF semble une bonne solution, plus tard ce sera wawe de google.

    Il est à noter que les équipes de FF et Wave ont pour origine Google en particulier l’équipe Gmap.

    Dans le cas de wave il est possible de faire des serveurs indépendants intéragissant qui vont garder tes données.
    http://pygowave.p2k-network.org/blog/

    source ici http://code.google.com/p/pygowave-server/

  22. JB Ingold

    Je ne suis pas tout à fait d’accord tout d’abord le web ne va de moins en moins se résumer à des sites ou des blogs, l’information est fluide et les commentaires encore plus. Moi qui suit d’abord un commentateur FF me donne cette possibilté d’aggréger mes conversations.

    @narvic Actuellement FF semble une bonne solution, plus tard ce sera wawe de google.

    Il est à noter que les équipes de FF et Wave ont pour origine Google en particulier l’équipe Gmap.

    Dans le cas de wave il est possible de faire des serveurs indépendants intéragissant qui vont garder tes données.
    http://pygowave.p2k-network.org/blog/

    Ce qui qui devrai vider son contenu le débat OVH vs Facebook
    source ici http://code.google.com/p/pygowave-server

  23. 000

    Google est vraiment inquiétant dans la mesure où il archive la totalité des données qu’on lui soumet quand il propose un service, puis fait un portrait robot de l’utilisateur.

    L’Allemagne a très vivement invité sa population à ne pas utiliser Google Chrome, en raison de l’espionnage permanent que s’autorise le navigateur.

    Etre en permanence scanné et voir son profil vendu à des publicitaires, et accessible à je ne sais qui travaillant chez Google…

    Et après on critique la loi sur l’espionnage des mails ?

    Il y a des procédures qui encadrent l’accès aux fichiers confidentiels de la police.

    Quelles sont les procédures qui encadrent l’accès aux données confidentielles détenues par Google ou Facebook ?

    Quand on sait que Google en sait plus sur nous que la police, la Sécu, les impôts réunis…

    Qui chez Google a accès à notre profil ? Qui, en tapant par exemple notre IP ou notre adresse Gmail, peut retrouver ce profil, réalisé à partir de nos mails, nos surfs, les vidéos vues sur YouTube, etc. ?

    Idem pour Facebook.
    Voir ici:

    http://www.theinquirer.fr/2007/10/28/scoop_les_employes_de_facebook_espionnent_les_utilisateurs_du_site.html

    “les employés de Facebook espionnent les utilisateurs du site”

  24. Pingback: Rémi Thibert (rthibert) 's status on Friday, 24-Jul-09 08:49:01 UTC - Identi.ca

  25. 000

    Les points développés par Tristan Nitot vont dans le sens du billet de Thierry:
    “a closed application”, et il demande à ce qu’on ne lui écrive plus en passant par Facebook, pour toutes les raisons suivantes :

    “Please don’t use Facebook to contact me

    More and more people send me messages through Facebook internal email system (called inbox), and I’ve just decided that I won’t use it anymore. There are several reasons for this:

    * I like email better than the crappy inbox facebook application
    * 95% of the messages sent through that system are uninteresting and/or irrelevant
    * I have chosen my email client, and it’s much more powerful than facebook
    * There is no crappy advertising when I use Thunderbird
    * I don’t trust Facebook when it comes to privacy
    * You don’t have to have a Facebook account to send me email, and I think openness is much better than a closed application
    * For every message on inbox, I also get a notification in my email client, but I can’t see the content unless I log on Facebook
    * With email, I own the data, which is not the case on Facebook. If I get kicked out from Facebook, I’ll still have my email archives, but will lose access to everything that Facebook had about me.”

  26. Kola Mutama

    Je suis tout à fait en accord avec ton article. J’ajouterai même, modestement, que pour certains Internet et ce qu’il permet ou offre n’est pas encore compris. Nombreux parmis les utilisateurs sont encore en mode Minitel, Minitel 2.0 certes, mais Minitel quand même avec les services centralisés et une dépendance certaine auprès des plateformes de gestion de contenu. Avec pour conséquence de perdre la main sur les données qu’on y ajoute.
    C’est amusant de voir comment nous pouvons pester contre les inepties du gouvernement avec son projet Hadopi qui veut tout contrôler et la façon dont nous nous livrons nous même sur certaines plateformes pour contrôler nos données.
    Je crois plus à l’idée selon laquelle nous aurions tous à disposition un serveur, un site/blog, que nous pourrions ainsi via les affiliationns aux flux créer des communautés et que nous pourrions partager des expériences via des fonctions avancées integrées aux navigateurs (browser).
    Voici une des raisons pour laquelle nous devons rester vigilents sur les discussions sur la fibre optique et tout ce qui concerne les FAI (providers).
    Encore bravo pour la pertinence de ton article.

  27. 000

    “C’est amusant de voir comment nous pouvons pester contre les inepties du gouvernement avec son projet Hadopi qui veut tout contrôler et la façon dont nous nous livrons nous même sur certaines plateformes pour contrôler nos données.”

    +1

    Et il faut voir en plus le lien qu’entretiennent ces géants avec les gouvernements.

    C’était pas la peine de dénoncer la collusion entre les patrons de grands médias et Sarkozy…

    Les boss de Google et Facebook travaillent main dans la main avec Obama.
    Obama a beau être sympa, c’est le président des Etats-Unis, et il défend ses intérêts, ce n’est pas encore le pape de l’humanité.

    Comme le rappelle le troll plus haut, en citant une émission de France 5, on retrouve la CIA dans l’organigramme de Facebook…

    Si on se fout de voir la CIA dans Facebook, alors pourquoi s’inquiéter du mouchard de la Loopsi ?

  28. In-Q

    “alors pourquoi s’inquiéter du mouchard de la Loopsi ?”

    Loopsi : un épouvantail pour détourner l’attention des Internautes des vrais systèmes de surveillance.

    Mieux que la Loopsi, In-Q-Tel :

    l’investissement de la CIA pour ficher les Internautes via des services de collecte de données auxquels ils adhèrent béatement, dans le genre Google, Facebook ou Friendfeed :

    “Créé par la CIA en février 1999, In-Q-Tel est un fonds d’investissement consacré aux nouvelles technologies, qui tire son nom du célèbre « Q », le fournisseur ès gadget du célébrissime espion James Bond.

    Sa vocation est d’investir dans les start-up les plus prometteuses.

    Sa priorité :

    celles qui inventent des systèmes de surveillances électronique, comme les moteurs de recherche, les logiciels d’analyse de données”

    http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/in-q-tel-ou-quand-la-cia-se-pique-de-capital-risque_106974.html

  29. Raffa

    D’accord aussi avec Thierry, quel intérêt de disperser tout ça dans des plateformes propriétaires ??

    D’accord avec 000 sur la différence fondamentale entre les plateformes propriétaires de réseaux sociaux (et de blogs) et l’hébergement d’un site web (un blog, et même un réseau social, concrètement ce n’est qu’un site web et pour peu qu’on mette les mains dans le cambouis on en fait ce qu’on veut y compris implémenter tout un tas de fonctionnalité proches de ce que propose ces services).

    Un lifestream peut se faire sur un serveur ou un hebergeur (voir l’excellent storytlr) comme un blog, en y ayant la possibilité de commentaire comme ff et en gardant toujours la main mise dessus (je fais un backup sur mon ordi, je transfert à n’importe quel hébergeur ou sur mon serveur quand je veux).

    Des réseaux sociaux opensource existent (exemple elgg) pour ceux qui voudraient créer une communauté perso. Autrement dit narvic pourrait tout à fait avoir sur son hébergeur web (ou son serveur) son blog pour sa production de contenu en tant qu’auteur et les débat qui s”y rapporte, son lifestrean pour sa veille et sa vie, et aussi sa communauté. Il maîtriserait tout de a à z et ‘il peut déménager d’un serveur à l’autre si nécessaire en prenant soin de toujours avoir la main sur son nom de domaine, et au pire pas grave car connecté avec ses amis en formats ouvers il pourrait rapidement les avertir d’une nouvelle url.

    Ce qu’apporte des outils comme FB, FF, twitter, google connect, facebook et facebook connect, les réseaux ning etc etc etc etc etc c’est leur masse d’utilisateur, rien d’autres. Comme dit chez eric, nous n’avons pas besoin de ses services pour cela (les extensions firefox par exemple apportent bien plus dans tous les domaines), nous avons juste besoin des gens qui s’y trouvent

    L’URL c’était le web d’avant, le web de maintenant et de demain c’est l’identité numérique+RSS. Les médias agrégateurs qu’il soit papiers, statiques, dynamiques ou sociaux n’ont plus d’importance : l’information circule et circule encore c’est l’utilisateur final qui agrègent et lui même + ses contacts avec qui il est connectés qui hierarchisent. Et oui… difficile à monétiser tout ça… :D mais c’est je pense inéluctable.

    Tous ces “outils de connexions” ne sont que des tuyaux. Avec les rss on fait absolument ce que l’on veut. SI chacun de ces outils acceptaient l”openid et les formats ouverts ce genre de discussion n’aurait pas lieu, chacun prendrait l’outil qui lui convient (une interface web si ça lui chante) et il ne serait pas obligé de créer un compte dans toutes ces plateforme et de leur livrer gratos son travail, ses reflexions, ses goûts, sa vie, qu’ils pourront eux monnayer. Et il n’y aurait pas ces problèmes de déménagement de masse (où l’on comprend le deuxième sens de follower-suiveur)

    Pour moi je ne veux aucune de ces plateformes web, je fais tout à partir de mon navigateur : je reçois les update de qui je veux (quelque soit leur plateforme et sans que j’y sois forcément connecté, sauf pour facebook) en centralisant les rss, je leur réponds si nécessaire via une extension firefox qui me permet de répondre dans la plateforme de mon choix (ou plusieurs, et en même temps). La plupart du temps je l’envoi seulement au plus ouvert d’entre eux (identi.ca pour l’instant), la tuyauterie rss entre les différentes services fait le reste. Autrement dit il y a décentralisation : mon message est partout. Comme ça au moins personne ne se l’approprie et tout le monde peut y accéder.

    Pour ce qui est de la veille tout est automatisé aussi à partir de rss et de simple bouton de partage. Je veux transmettre un truc, je partage en un clic, et ça suit toute la tuyauterie rss pour aboutir dans toutes ces plateformes, en passant sur mon blog par la même occasion. Pour communiquer avec thierry peut m’importe de savoir sur quel plateforme il est ou ce qu’il utilise pour me lire, j’envoie mon message à la mer depuis mon navigateur et il le recevra en temps rééls.

    Par ailleurs je préfère identi.ca/twitter que friendfeed pour ma part pour plusieurs raisons. D’abord parceque si j’ai envie de lire les infos et les news transmis par mes contacts, je ne m’intéresse pas à leur vie en photo, leur bookmarks personnels, leur dernier morceaux de musiques etc. (si besoin je peux faire une recherche ponctuelle). Sur ff j’ai tous les contenus, sur identi.ca/twitter c’est en général plus ciblé (mais entre nous soit dit on peut aussi tout envoyer directement sur identi.ca ou sur twitter et s’en servir comme friendfeed c’est d’ailleurs un peu ce que je fais). Ceci dit j’ai tout de même une extension firefox qui me permet de tout trier sur friendfeed ;) (par personne ou par type de contenu)

    L’autre raison c’est que la simplicité et la décentralisation apportée par identi.ca/twitter et autres est d’une puissance phénoménale (et c’est aussi lié à l’absence de discussion centralisée). Nous sommes devenus les neurones d’un immense système nerveux planétaires ;) et il est pour moi hors de question que ce système nerveux appartiennent à une ou quelques grosses boîtes quelconque en particulier.

    Bref je sais pas si je suis très claire mais il faut comprendre que le web a changé, le règne de l’url est bientôt dépassé. Il faut désormais y ajouter l’identité, où qu’elle soit, et les flux. C’est un vaste jeu de centralisation – décentralisation permanent (et hélas de démultiplication des données partout, avec la consommation d’énergie et de ressources serveurs qui suit). ET pour que cela soit réellement fluide, il faut des formats ouverts et des données portables.

    Le premier choc que j’ai eu en créant un compte sur facebook “contrainte et forcée” (puisque tout ce qui s’y passe est invisible de l’extérieur) c’est de me rendre compte que facebook était utilisé pour militer pour l”internet libre… Belle contradiction que je ne comprends toujours pas, si ce n’est que ceux qui défendent l’internet libre ne comprennent pas forcément toujours ce que cela veut dire concrètement.

    D’accord avec Thierry. Il n’y a aucun intérêt à démultiplier le débat de cet article sur friendfeed (si ce n’est en l’occurrence qu’il concerne friendfeed mais sur un autre sujet cela n’a aucun intérêt, cela ne permet pas de faire évoluer le débat et la réflexion des lecteurs de l’article original et cela oblige l’auteur à être partout). Enfin comme Kola je pense que beaucoup trop de gens ont une conception du net proche du minitel qu’il n’a jamais été et qu’il ne doit pas devenir.

    Tout cela n’est que mon avis ;)

  30. J

    Je trouve qu’il y a trois choses assez différentes dans tous ces échanges :
    1. les fonctionnalités proposées et les usages effectifs via les dispositifs tech et les plateformes ;
    2. les questions qui relèvent de la propriété + de la pérennité de ce qu’on estime devoir nous appartenir (notre production, et nos données personnelles) ;
    3. les questions qui relèvent de la propriété + de la privacy or not de ces productions ou ces données.

    Si le premier point regarde chacun, il me semble que les 2nd et 3eme regardent tout le monde, et devraient faire l’objet de choix politiques.
    Quelles que soient les orientations open/closed ou userbelong/platformbelong, c’est un vrai problème que les règles concernant ces points là soient fixées comme à ce jour par les “opérateurs”.
    Et en me songez même pas svp :–) que des principes d’autoorganisation ou d’autorégulation du marché ou du superorganisme puissent emmener à un équilibre respectueux de quelques droits de base pour les individus-internautes.

    Pour moi, la vraie question est là : l’absence de politique du Net.

  31. 000

    “ceux qui défendent l’internet libre ne comprennent pas forcément toujours ce que cela veut dire concrètement.”

    +1

    Les références sont souvent la lutte contre l’Etat, en ne voyant pas que des méga-sociétés privées sont encore plus dangereuses que l’Etat, et sont moins contrôlées pour leur exploitation des données privées.

    Très bon message de Raffa par ailleurs.

    Même si certains trucs paraissent techniquement difficiles à installer, ça ne l’est pas tant que ça, et l’essentiel est bien de ne pas se mettre entre les mains d’une grosse boite propriétaire.

    Facebook peut supprimer un compte à tout moment, vous privant du réseau.

    Un réseau propriétaire est FONDAMENTALEMENT différent d’un réseau libre avec hébergeur interchangeable par transfert de base de données.

    On doit avoir la main sur sa base de données, à tout moment.

  32. narvic

    Thierry, ok, creusons cette question de l’archivage des données numériques (puisque c’est de ça qu’il s’agit, non ?), et on débouche ici aussi sur un autre insondable vertige qui fait aujourd’hui s’arracher les cheveux à tous les documentalistes/archivistes de la planète.

    Déjà qu’on n’avait pas, historiquement, trouvé de solution satisfaisante aux temps où l’on produisait pourtant bien moins de données qu’aujourd’hui (combien de trésors de la créativité grecque sont définitivement perdus ? On ne sait même pas, car cette donnée-là est elle-aussi perdue), alors aujourd’hui…

    Mais au fait, ce n’est pas déjà exactement de ça que parlait Platon dans le Phèdre ? L’écriture tuera la mémoire et compromettra la transmission de la culture… ;-)

  33. Thierry Crouzet

    Exactement. La seule solution c’est la décentralisation des archivages. Que chacun deviennent l’archiviste de ce qu’il produit tout en le liant aux autres. C’est la seule façon de maintenir l’indépendance. Je suis en train d’écrire un coup de gueule que je laisserai reposer jusqu’à lundi. ;-)

  34. 000

    “documentalistes/archivistes de la planète”

    On ne parle pas de sauver pour l’éternité le moindre fragment déposé sur Facebook.

    Il s’agit plutôt de ne pas dépendre, pour le fonctionnement quotidien, d’un acteur central qui peut faire ce qu’il veut, y compris fermer notre compte d’un coup, en nous laissant sans rien.

    -

    L’autre gros problème étant que cet acteur central se permet de faire notre portrait robot en scannant et analysant toutes nos données, pour les vendre à des publicitaires, et expose ce portrait robot à être récupéré par on ne sait qui.

    Comment condamner le mouchard Loopsi en acceptant les mouchards Facebook et Google ?

  35. Iza

    Big up Raffa. Clair, documenté …comme d’hab, chouette quoi ! J’ai le cerveau mou, en vacances et embrumé par la fumée, mais je reviendrai relire cette discussion qui me fait frisonner le neurone de “je comprends un truc nouveau là” ….

  36. Cédric

    Merci pour cet article qui pose des questions intéressantes, notamment sur la perte de nos libertés numériques. Il faut y prendre garde mais il faut également voir les avantages de friendfeed: gain de temps, relative “centralisation” des discussions, etc. Pour ma part, je ne blogue plus beaucoup mais j’aime toujours participer à des discussions voire les initier. Friendfeed me semble mieux répondre à ces attentes que twitter tout en étant plus simple et immédiat que des billets de blog.

  37. Jerome l'Ours Chesnot

    Tout à fait d’accord sur le fond, et par extension attention à la fuite de ses documents au travers d’appli online comme Google Doc. Avec la généralisation du haut débit il reste cependant à développer des solutions logicielles – simples d’emploi – de gestion et de diffusion d’informations personnelles, le navigateur Opera 10 va dans ce sens (http://unite.opera.com/).

  38. Jcfrog

    100% pas d’accord :)
    j’espère trouver le temps de contre bloguer ce post que je trouve simplement parano.
    Bon titre en tout cas ;)

  39. laurence

    beaucoup de choses servent a faire du buzz ni plus ni moins, entre twitter, ziki, facebook, viadeo, linked in etc…. c’est vraiment la pêche aux infos…. je préfère encore me servir des outils de mon hébergeur avec mes noms de domaine … parce que pour présenter une activité rien ne vaut un domaine, j’ai pour ma part décidé de me servir des outils de créations de site gratuits de mon hébergeur en attendant la création de mes sites, en effet chez http://www.hebergeur.net quand on achète juste le nom de domaine, l’interface cliente donne la possibilité de crééer un mini site comme http://www.nateralis.com ou encore http://www.location-luberon-vaucluse.com plus sympa que d’alimenter une page de facebook au autre ou alors histoire de se faire connaître.

  40. Pingback: Je ne suis pas une victime de Facebook, FriendFeed, Google, Twitter and Co « JCFrogBlog II

  41. jcfrog

    voulais te prévenir que je t’avais répondu, mais je vois que tout se fait automatiquement. Même les coms de chez moi arrivent ici.
    Bravo, tu veux tout centraliser chez toi donc! ;)

  42. Thierry Crouzet

    Je teste bactype.com ! Un peu le bordel j’avoue. Ta réponse ne tient pas compte de mes 4 billets, mais juste du premier. :-)

    Mais attend, je vais généraliser le propos. Peut-être tu saisiras mieux ce que je veux dire.

  43. 000

    “tu veux tout centraliser chez toi donc!”

    En fait il est en train d’aspirer tout le Web.

    Il ne supporte plus de devoir sortir de chez lui pour lire une note :-)

    Prochaine étape: une redirection pour que tout contenu suivant http:// arrive chez Thierry.

  44. Pingback: Facebook et Friendfeed : la stratégie de l’enfermement « Antoine Dupin

  45. Pierrot Bergeron

    Je crois simplement que tu devrais percevoir les différents agrégateurs et réseaux sociaux comme des outils qui doivent converger vers ton site. Je n’ai jamais eu autant de visite que depuis que Facebook, LinkedIn, FriendFeed et Twitter pointent vers mon site et font la promotion de mes billets.

  46. Pingback: Les clés du CRI : Centre de Cri - Poste

  47. Nobody

    On en parlait, une nouvelle illustration du problème de la dépendance à un hébergeur centralisé :

    dans Wikipedia, je tombe sur une référence qui m’intéresse, je clique :

    “Sorry, the GeoCities web site you were trying to reach is no longer available, GeoCities has closed.”

    Le blog était hebergé sur la plateforme GeoCities de Yahoo, et Yahoo vient de mettre fin au service.

    Tous les blogs GeoCities ont disparu.

    Si le blogueur avait été chez OVH avec un nom de domaine dédié, il pouvait faire la migration facilement sans perdre l’URL.

  48. Pingback: Bloguer ou ne pas bloguer » Toiles enfantines

  49. Pingback: Lacher prise indispensable | lespacearcenciel.com

  50. @ALBERTOXIC

    Oui et non Thierry,

    Pardonnez-moi la familiarité,
    je résume mes vues:
    je me concentre actuellement sur twitter que je considère comme
    moyen d interconnection d idées ,( j expérimente avec différentes combinaisons d applications sur une et même page web)
    un peu comme le catalogue d une bibliothèque mondiale des idées avec connection téléphonique vers les lecteurs et les auteurs.
    Facebook se concentre provisoirement sur les personnes et non sur les idées, système fermé?
    Pas réellement , facebook pourra s ouvrir d avantage à tout moment.

    Twitter, éparpillement des informations-commentaires? Seulement si les widgets etc censés de faire l interconnection ne seront pas adaptés, mais l évolution est en plein essors.
    Blog courcircuités par l éparpillement des tweets et commentaires?
    Pas réellement, du moins beaucoup moins à l avenir, je vois un dévelopement constant de” applications pour y remédier.
    Je pense p e x aux systèmes de commentaires JS-kit ECHO, DISQUS, IntenseDebate etc

    Le problème c est le foisonnement actuel des applications, les difficultés
    de compréhension, le nombre limité des usagers par application .

    Quid en plus des forums?

    Finalement vous êtes en position priviligiée, votre blog est bien visité et vous avez des choses à dire,
    vous n avez définitivement peu à craindre l éparpillement
    les RT attérissent chez vous…

    Amicalement
    @albertoxic

  51. Pingback: Les sociopathes des médias sociaux par Sony