Thierry Crouzet

Qui a la plus grosse quéquette sur Twitter ?

Les journalistes sont naïfs. Ils voient un compte Twitter avec des dizaines de milliers de followers et ils s’extasient. Ils font du détenteur du compte une star. Mais ont-ils un peu gratté derrière les apparences ?

Je voulais avant de vous raconter cette histoire attendre d’avoir moi-même la plus grosse quéquette de la twittosphère francophone en dépassant le fameux @jeanlucr (manquerait plus que je mette un lien vers lui). Mais pas de chance, une rumeur s’ébruite. Je mènerais une expérience et débusquerais des truanderies.

Je vais donc, plus tôt que prévu, vous raconter une histoire, la mienne, celle d’un jeu de cours d’école. Tout a commencé le 19 mai 2009. Je décide de réserver mon compte Twitter historique @tcrouzet à mon Twiller et d’utiliser @crouzet, compte en sommeil, pour mes autres tweets.

Comme je suivais 200 amis sur @tcrouzet, j’ai commencé à les suivre sur @crouzet. Au bout d’un moment, je me suis dit que c’était pas humain d’effectuer ces invitations à la mano. J’ai alors regardé la doc de l’API Twitter, j’ai chargé une librairie PHP, j’ai pondu un bout de code pour transférer mes amis, le tout terminé en dix minutes. Douze heures plus tard, le 20 mai au matin, 70 de mes anciens amis m’avaient suivi sur @crouzet.

Je me suis alors fait deux remarques.

  1. Si on peut changer aussi facilement de compte, on peut aussi quitter Twitter pour un autre service au besoin. On n’est pas pieds et poings liés. Ce qui confirmait mon idée que Twitter était une technologie plus qu’une plateforme.
  2. Si mes amis me suivent, peut-être que les amis de mes amis qui ne me suivent pas encore me rejoindront.

À 13:18, je publie un tweet d’explication :

Expérience en cours. Prendre tous les amis d’un ami @nicolasvoisin et les suivre car logique que nous partagions quelque chose.

À 17 heures, j’avais invité 1000 personnes, quota maximal de nouveaux amis autorisés par jour. À quelqu’un qui me demandait quel intérêt avait ma manip, j’ai répondu :

Ce qui m’intéresse avec twitter c’est de saisir le bruit de fond de la conscience globale, pas la conversation.

Et je n’ai pas changé d’avis. J’ai découvert que suivre des milliers de personnes prises au hasard fait sens car la sérendipité, pas de meilleur mot, me fait attraper des choses qui passent fugitivement. Bien sûr, j’utilise un desktop pour filtrer les tweets. J’ai trois listes « tout le monde », « les gens qui m’intéressent », « les gens qui m’intéressent énormément et dont je lis tous les Tweets ». 200 personnes en gros dans ces deux derniers groupes. Mais j’avoue que je lis plus d’articles pointés par les milliers d’inconnus que par mes « amis ».

Voici où j’en suis le soir du 20 mai. Le lendemain quand je reviens devant Twitter, je découvre une avalanche de nouveaux followers. Les amis de Nicolas me suivent en masse, près de 30% au bout de quelques jours. Et comme toutes ces conversations stimulent mon esprit, je décide d’inviter les amis d’autres amis. Au fur et à mesure, j’améliore mon programme initial. Je crée une base de données pour savoir qui j’invite, quand, est-ce qu’ils finissent par me suivre, sinon, au bout de 48 heures, les virer.

C’est toujours un système artisanal mais qui marche de mieux en mieux. Je règle le moteur pour ne pas qu’il se heurte aux limites imposées par Twitter. Les nouveaux amis s’accumulent : 1000, 2000, 3000 en juillet. Tout cela reste amateur. Mon machin tourne quelques heures, plante, puis je l’oublie. De temps en temps, ça me prend et je le lance.

Arrivent les vacances d’août, les Pyrénées, randonnées, pas de connexion, puis je me retrouve dans la maison familiale de ma femme avec à nouveau un wifi. C’est là que je me dis que je devrais défier virtuellement la plus grosse quéquette française : 68 000 followers à l’époque.

J’importe ses amis et commence à les inviter au rythme de 1000 par jours, du taff pour plus de 70 jours car il progresse aussi le bougre. Et la, stupéfaction. Rendement extraordinaire. Et qui sont mes nouveaux amis : quelques véritables utilisateurs mais une ribambelle de prostituées, de spam bots et d’autres arnaqueurs en tout genre. Pas folichon. La sérendipité en prend un coup.

Début septembre, je perfectionne encore le processus. Je le lance dans un screen sur un serveur Linux. Mon robot tourne depuis 24h/24 et doucement je m’approche des 10 000 amis. Je constate alors que la grosse quéquette progresse presque aussi vite que moi et je commence à soupçonner qu’il utilise une technique comparable. Je peux pas le jurer mais bon.

Pour lui, c’est business as usual. Je ne dis pas que ses tweets ne sont pas intéressants mais on est aussi dans une expérience, une façon de démontrer son expertise, surtout à des clients potentiels.

« Ce mec avec près de 80 000 amis, il peut nous faire une promo de feu. » Belle illusion quand on connait la logique. Je voulais révéler la combine un peu plus tard, je devance, ça change pas grand-chose. Rien de nouveau sur Internet. Les geeks s’amusent. Certains en font un business pour allumer les gogos. C’est la vie.

C’est dit, c’est fait. A priori j’ai pas l’intention de couper le machin. La partie peut continuer, d’autres peuvent s’y joindre, les règles sont maintenant claires pour tout le monde. Journalistes, ouvrez les yeux. La belle histoire dans notre monde est celle que je viens de raconter. C’est celle de la technologie dont on pousse les usages.

PS1 : première stats à 08:00 le 25/09.

PS2 : Stats après quatre jours complets.

PS3 : Suite et fin de cette histoire.

Tags: , Coup de gueule

97 commentaires

  1. Pingback: Tweets that mention Qui a la plus grosse quéquette sur Twitter ? -- Topsy.com

  2. Thierry Crouzet

    Je raconte ça parce que des milliers de mecs jouent à ce jeu pour berner les gens qui maitrisent pas la techno. Et puis j’entends dire n’importe quoi au sujet de twitter, de la réputation…

  3. Chris

    L’effet de “triche” sur Twitter est en effet en train de prendre pas mal d’importance et ces même journalistes qui prennent des références sans regarder plus loin utilisent eux aussi des techniques pas très clean histoire de booster leur propre compte Twitter.

    C’est ce qu’il y a de bien dans les classements de “qui à la plus grosse” : pouvoir analyser un peu ceux qui se positionnent dans les premières places … en général dans plus de 50% des cas il y a de quoi avoir de TRES gros doutes sur la réalité des chiffres :) (même si la plupart sont moins avancé que la technique présentée ici, ils se contentent généralement d’y aller à la mano avec la technique du following/unfollowing)

  4. Nobody

    C’est quand même étonnant que des gens se laissent encore prendre à ces illusions du nombre d’amis / contacts marketing.

    Cela fait des années que cela existe sur MySpace. Les comptes avec des milliers ou dizaines de milliers d’amis sont très nombreux.

    Un jour MySpace a révélé le nombre réel de lectures des bulletins envoyés par les membres à leurs amis : presque personne ne lit.
    Du coup MySpace a fait machine arrière et n’indique plus combien de gens lisent les bulletins des amis.

    Les inscrits sur MySpace croyaient pouvoir d’un coup se faire lire par leurs 10000 amis en envoyant un bulletin, mais sur les 10000 seulement 30 ou 40 gus au maximum lisaient les bulletins, la plupart ne les voyaient même pas, noyés dans la masse des bulletins reçus des autres amis.

    -

    Le temps passé à ajouter des milliers d’amis qui ne nous liront pas pour 95% d’entre eux est mieux employé à créer du contenu de qualité, fidélisant.

    Les réseaux sociaux se bouffent la queue : quand tout le monde a dix mille amis chacun revient au point de départ car ces amis n’ont plus de temps pour personne.

    Chacun passe plus de temps chaque jour à ajouter de nouveaux amis qu’à lire ce qu’écrivent les anciens.

    Twitter n’a vraiment rien inventé et il faut arrêter de croire qu’on peut à si bon compte se constituer une grosse base marketing.

    -

    Personnellement j’ai cessé de suivre les gens qui pratiquent ce jeu car ça n’a aucun intérêt.

    D’ailleurs j’ai reçu ton invitation sur deux comptes Twitter différents, et je n’ai pas suivi pour cette raison.

    -

    Quand je reçois une invitation sur Twitter, je regarde combien la personne a de contacts, s’il ajoute n’importe qui, et si je vois qu’il ajoute n’importe qui pour faire du chiffre je me détourne de lui. Je ne suis pas là pour faire son marketing à l’oeil.

    Je crois que les gens vont vite se lasser des réseaux sociaux : on le voit sur myspace. On joue quelques mois, puis on se fatigue de ces contacts superficiels, et on revient à quelques contacts, délaissant la multitude qui détourne de l’essentiel et du travail sur le contenu.

  5. Henri A

    Je ne vois pas comment on pourrait battre une quéquette de taille infini !
    Donc il faut surement relativiser sérieusement ce qu’il s’est passé en Perse.

  6. Nobody

    Il faudrait aussi comparer le temps passé à obtenir 10 000 lecteurs sur Twitter,

    au temps nécessaire pour obtenir 10 000 lecteurs sur un blog via la classique méthode du référencement Google.

    Ceux qui nous vendent les réseaux sociaux comme la panacée s’extasient face à 80 000 amis Twitter,

    mais sur les blogs c’était facile d’avoir 80 000 lecteurs mensuels.

    -

    Les gros comptes Twitter génèrent quelques centaines de visites au mieux. Cela reste très inférieur au rendement de Google.

    Qualitativement Twitter n’est pas mieux que Google. Ce sont les sujets les plus superficiels qui buzzent.

    Et c’est une fausse élite, ronronnant sur elle-même.

    On verra combien de tes followers achèteront ton livre. Pas sûr que ce soit gagnant de délaisser Google pour Twitter.

  7. narvic

    Bon, c’est vrai thierry, je t’ai un peu poussé à accéléré la révélation en éventant un peu le truc par-ci par-là… ;-) Mais la démonstration était déjà largement faite. :-))

    Bon maintenant, reste à voir qui en est resté à un “référencement ” purement naturel. (sifflotement) ;-) [Sur deux mois (source: Google analytics), twitter+friendfeed constituent le tiers du trafic de narvic.fr (16,42 % + 15,75 % ). Voilà un blog de flux... :-)))]

  8. @thibo

    Bonjour Thierry,
    Je me sens un peu visé dans ce que tu appelle “journalistes naïfs” un peu plus haut, vu que j’ai écrit un article sur « la course aux followers » mentionnant @jeanlucr. Je me sens donc – un peu – obligé de te répondre.

    Dés les premières minutes passées avec lui, Jean-Luc avait tenu a préciser que « le nombre de followers est une fausse indication », que « ce qui compte c’est de savoir qui te suis ». Une citation qui t’as sans doute échappé vu que tu reste bloqué sur les bots. Si Jean-Luc en a fait son boulot c’est parce qu’il semble en mesure d’apporter a certains de ses clients une audience qu’il juge qualifié. Pas que des blondes qui promettent des photos.

    En fait, dans cette histoire, je pensais que personne n’était dupe. Que tout le monde se rendait bien compte que c’était du flan. Mais je me suis lourdement trompé
    .
    En témoigne le nombre de blog de communicants qui dressent des « top 10 des twitters français » (en réalité des top dix des « ex-blogueurs influents » d’il y a cinq ans qui ont daignés nous faire l’honneur de se produire sur Twitter).

    En témoigne également le mal que tu t’es donné a démontrer qu’il était facile de se fabriquer une audience artificielle.

    Et alors quoi ? Tu as trouvé la recette du viagra? Ce que je constate c’est que, malgré tout, ta quéquette reste sept fois moins grosse que celle de Jean-Luc! Oui, tout cela est artificiel, c’est pour ça qu’il est intéressant de savoir comment ça marche… N’est ce pas ce que tu as essayé de démonter? Tu as la recette du viagra, hé bien Jean-Luc l’a juste trouvé avant toi… Et même si son nombre de followers est dopé aux bots, les infos qu’il diffuse reste intéressantes. C’est une veille efficace, tu le reconnais toi même, qui profite a pas mal de ses followers.

    Si j’étais mal intentionné je me dirai que titrer un article “qui a la plus grosse quequette sur twitter?” est, juste un très bon moyen de doper son nombre de follower. J’aurai d’autant plus de raison de le penser que sur cinq papiers publié sur le sujet, celui sur les “followers” est celui qui a le plus fait réagir.
    Si j’étais très mal intentionné – mais alors très très mal intentionné- je dirai que mettre, juste en dessous de ce titre retweetable à souhait, un lien “suivez moi sur twitter” est le comble du cynisme.

    Mais, rassures-toi, je suis très bien intentionné. Et même que mes yeux sont grands ouverts. Suffisamment en tout cas pour t’assurer que je n’ai pas été naïf. Tout journaliste que je suis le nombre de followers ne m’impressionne guère et, en ce qui me concerne, ta grosse quéquette tu peux la rouler et te la mettre derrière l’oreille…
    Cordialement,
    Thibaud

  9. Nobody

    “c’est de savoir qui te suis”

    Je nuancerais :

    savoir qui te lit.

    Très souvent, on suit des gens sur Twitter qu’on ne lit pas ensuite.

    Suivre quelqu’un ne signifie absolument pas qu’on le lit.

    Comment lire des centaines de contacts tous les jours ?

    Pour rappel, la plupart des gens vont sur Twitter, ajoutent une centaine de contacts, puis n’y mettent plus les pieds, lassés du jeu.

  10. Pingback: http://www.social-bookmark.me

  11. Donjipez

    Expérience intéressante. Mais sommes nous dans un concours. Après lecture j’ai fait un tour rapide dans mes followers. Et bien sûr des bimbos ou des vendeurs de produits miracles. Et même des UMP :) Le truc c’est que je follow pas systématiquement mes nouveaux followers mais néglige souvent de les block. Donc ils viennent grossir le compte.

    Pour mes followings, le prb est différent. Je follow ceux qui me suivent, des gens qui ont RT mes RT…, des amis d’amis… Mais là aussi il faudrait parfois faire un tri, unfollower (j’y vais à fond ds le néologisme là) les comptes devenus inactifs. Et parmi tous ces followings, il y a ceux que je suis particulièrement via des classements thématiques (politique, zik, ciné, presse, technos…) dans seesmic desktop, ceux chez qui je pioche dans la timeline parfois et certains que je croise peu pour des raisons d’horaires… Il y a aussi ceux avec qui se sont instaurés de vrais dialogues, discussions, polémiques (d’un jour parfois :) )

    Au final mes following/followers augmentent. Et j’en arrive à la question de la pertinence de suivre autant de comptes, sachant que je ne peux que picorer dans leurs tweets (sauf cas d’un thème précis via twitter search par ex) aux heures pourtant nombreuses où j’ai un oeil sur la TL. Bref, avoir 10000 followers et en suivre 5000 est-ce tout simplement gérable ou une autre dimension de l’usage Twitter que je fais à savoir un lieu d’échanges, de découvertes mais aussi d’infos avec un fils concurrent et plus élargie que celui d’une agence de presse…

  12. Thierry Crouzet

    @thibo Désolé je t’avais pas lu (je lis pas les journalistes c’est bien connu). Donc je t’attaquais pas mais la profession en général qui refuse de faire des enquêtes et qui se contente de colporter des bruits. J’ai juste fait une enquête à la mode new news… (pour les initiés). Et je me suis pas fatigué. Ecrire le robot m’a pas demandé plus de temps que d’écrire cet article.

  13. @thibo

    @narvic @thierry…. Je me suis senti visé mais que je l’ai été ou pas a assez peu d’intérêt. Ce que je constate c’est l’accroche à pas cher pour taper sur les journaleux-si-naifs… Donc ce n’était pas mon article mais la-profession-en-générale qui était montré du doigt, même si tu ne les lis pas. Rien de grave hein, je pense juste que ca ne sert pas vraiment le propos.

  14. Thierry Crouzet

    Si justement parce que si vous y alliez au charbon on vous lirez peut-être un peu plus… new new… lis les vrais journalistes de ton temps, pas seulement les interviewers et les colporteurs.

    Avant de parler de Twitter, tu vis sur Twitter, tu explore la face caché… et après tu sorts un truc.

  15. Christophe D.

    Puisqu’on en parle, j’ai une question : pourquoi publier les Twitts référents (qui du coup sont quasiment tous des RT) dans les fils de commentaire de ton blog ? Je n’arrive pas à comprendre l’intérêt, d’autant que le fil de commentaire se trouve sans queue ni tête.

  16. Thierry Crouzet

    C’était une expérience pour saisir le flux et c’est que c’est pas top… faut que j’arrive à séparer les deux… je vais le faire (déjà je viens de les balancer à la fin… je vais essayer de les pousser après le champ le formulaire).

  17. Philippe Dewost

    J’avais bien un (pré)nom en tête pour répondre en une ligne a la question :-) mais la lecture de l’article est instructive et me ramène inlassablement a la qualification du phénomène proposée il y a un an #AutisticMegaphonesInTheDark

    Ce qui est également frappant, c’est le degré d’autoreference atteint par certains sous groupes qui s’emeuvent d’aller diner avec @machin et @truc alors qu’on peut se demander s’ils ont vraiment reussi a manger d’une main et surtout a être ***présents*** les uns aux autres.

    Les passages sur le systeme des moyens dans “l’Homme Fragile” sont impressionnants de lucidité sur ce dernier point.

  18. Pingback: Actu twitter N°19 qui revient en force

  19. Pingback: La triche aux followers sur Twitter

  20. michaelbechler

    Voilà une démonstration magistrale de ce que j’évoquais gentillement dans un précédent billet “je tweet aussi bien que vous et je vous merde !” entre le bricolage informatique et le concours agicheur, je choisi la patience et le travail ! Belle démonstration Thierry !

  21. WintyBaoBao

    Un journaliste doit-il savoir monter une voiture pour parler d’industrie automobile? Non. Doit-il savoir bidouiller Twitter pour en parler? Pas forcément. Savoir poser les bonnes questions aux bons interlocuteurs, recouper les sources, c’est déjà pas mal. Même si pas toujours suffisant.

  22. meriem

    C’est très intéressant (même si je ne pige rien à la technique…mais j’ai compris ce que tu fais) mais sur le fond, j’ai l’impression que tu réponds à la question-titre par “C’est pas luiiii!!!”

    Je me moque un peu, gentiment… ;)

  23. EmmanuelGadenne

    Je suis très favorable aux explorations sur le Web. J’ai beaucoup apprécié la mise au point et les tests de ton robot, bravo pour la rigueur scientifique !

    Ton combat contre les robots est vraiment louable mais quand tu t’en prends à @jeanlucr je ne te suis pas du tout, surtout avec des arguments aussi puissants que “[...]je commence à soupçonner qu’il utilise une technique comparable. Je peux pas le jurer mais bon.”.

    Je ne suis pas le seul à penser que @jeanlucr fait l’une des veilles les plus complètes sur Internet, en deux langues en plus (fr, en) et que pour cela il mérite largement d’être suivi. De part le sérieux constant de ses tweets, je pense en outre que ses followers doivent être assez peu enclin à le defollower. En plus @jeanlucr n’hésite pas à suivre ses followers en retour, ce qui, principe de réciprocité oblige, augmente mécaniquement le nombre de ses followers.

    Je n’ai pas bien vu les vérifications, les preuves, les informations recoupées qui te permettraient de t’en prendre nominativement à @jeanlucr.

    Je reste convaincu que @jeanlucr a fait tout cela avec ses petites mains et sans l’aide d’aucun robot.

    Je “commence à soupçonner” qu’en plus d’une grosse quequette, une grosse polémique contre un power user de Twitter, pourrait être le moyen idéal de générer la promo d’un prochain livre de @crouzet. Ouh ouh ouh c’est mal ! A présent c’est moi qui attaque sans preuve.

  24. Thierry Crouzet

    La preuve est simple. Je voulais justement pas lynché, j’ai pas insisté. Quand tu as toujours +1000 amis que de followers c’est pas un truc que tu fais à la main. Tu imagines ajouter 200 comptes à la main tous les jours ? Tu crois qu’un informaticien fait vraiment ça à la mano. En choisissant avec délicatesse ses nouveaux amis ?

    PS : Mon livre sortira en mars et il est bien connu qu’on fait la promo dans les 4 semaines avant pas les 6 mois.

  25. EmmanuelGadenne

    Oui, j’imagine tout-à-fait que l’on puisse ajouter à la main 200 comptes Twitter par jour. D’ailleurs je l’ai fais pendant des périodes assez longues. Oui cela m’est arrivé. Aujourd’hui je dois bien ajouter 100 personnes par jour (et j’en unfollow un certain nombre ouh c’est mal !). D’ailleurs il faut savoir que sans même utiliser des robots qui tournent 24h/24 7j/7, il est possible d’utiliser un outil comme “Your Twitter Karma” qui aide dans ces tâches de follow/unfollow rapide.

    @jeanlucr est consultant formateur sur Twitter depuis 2007. J’imagine que pour lui trouver des occasions de suivre des gens ne manquent pas ! Et si il suit en retour ceux qui le suivent, je trouve cela très bien comme je l’ai écris dans un billet sur Twitter snobs.

    Encore une fois dénonçons les robots et même ceux qui les utilisent mais ne passons pas notre temps à nous en prendre à @pierre, @paul, @jeanlucr ou à @crouzet – je crois que lui aussi utilise un robot, ouh c’est mal ! -.

    Faisons jouer les solidarités dans les réseaux sociaux, aidons ceux que nous pouvons aider, faisons la promotion de ce(ux) que nous aimons. Et quand on aime pas un “unfollow” ou au pire un “block” suffit largement pas besoin d’attaquer le bonhomme. Franchement, as-tu suffisamment confiance dans la déontologie du “blogueur moyen” pour laisser tout-un-chacun s’en prendre à tout-un-chacun ?

    J’oublais de dire que derrière “la plus grande quequette du web français”, il y a aussi un homme, lis les blog posts de mois d’août sur son blog … et après retour au respect du à chacun.

  26. Pingback: Lectures Twitter de la semaine. Twitteresque No.12 : markich.free.fr

  27. Pingback: Pourquoi Twitter fait peur à la presse traditionnelle? | TwitteRadar

  28. Pingback: Twitter est-il en train de mourir ? | N'ayez pas peur !!

  29. Pingback: Etude qualitative de Twitter | Dauran, blog d'un artisan du web

  30. Pingback: Twitter est-il en train de mourir ? | Owni.fr

  31. Pingback: Une semaine sur la toile « La vie mobile.

  32. Pingback: Twitter: augmenter vos followers et votre quéquette

  33. Pingback: Gagner rapidement des followers dans Twitter | ThuGeek, un blog moitié thug moitié geek !

  34. Pingback: Sitelinks sur le blog : moi aussi j'ai une grosse quequette | Référenceur à la mode - Guillaume GIRAUDET

  35. Pingback: Twitter, t’es plus mon copain ! « le BOG

  36. Pingback: La mesure de l’influence sur Twitter : on refait le point « internet et opinion(s) – françois guillot et emmanuel bruant – web, médias, communication, influence, etc.

  37. Pingback: La mesure de l’influence sur Twitter : on refait le point | Owni.fr

  38. Pingback: Twitter : #followfriday et listes, usages, réflexions et sondage. | LE GLOB DE BARGEO

  39. Pingback: Achetez vos followers sur eBay, c’est pas cher | Emilie Ogez

  40. Pingback: Comment avoir plus de 200 followers sur Twitter en moins de deux semaines. | Nous les Geeks

  41. Pingback: Les quartiers d’été du social media | Agence Eurêka Eurêka

  42. Pingback: Paumadou » Mes passions : la vente d’ebooks et le web marketing… (leçon en images)

  43. Grien con pris

    Je n’ai rien compris, car tout cela c’est la complication de la simplicité.
    Un arbre, c’est beau, c’est compliqué, mais on le comprend car on sait l’admirer car il est tout en charisme.
    Twitter et autre ineptie c’est du vent qui ne sert à rien sinon à monter et créer d’autres inepties.

    Réseaux sociaux ou comment faire perdre son temps à un tas d’ineptes.

  44. Pingback: Twitter : Comment avoir plus de followers ? | Blog de Régis Vansnick

  45. Pingback: Témoignages by kur4ido - Pearltrees

  46. Nina F

    Salut et bien joué! ;)

    Dis moi si tu as autant de followers tu pourrais peut-être aider une jeune entreprise dynamique en faisant un ti coup de pub ;)
    J’dis ça, j’dis rien…
    A bientot

  47. Pingback: ROI et présence sur les médias sociaux, outils d'évaluation | Régis Vansnick