Thierry Crouzet

Le roman d'une vie

L’alternative nomade

Écologie, croissance, internet, réseaux sociaux, flux, complexité, monde du travail, développement personnel, futur, littérature, philosophie… un texte entre l’essai et le récit initiatique pour vous défragmenter le cerveau. Et si redevenir nomade était la solutions à nos maux ?

Troisième tome de La trilogie des connecteurs après Le peuple des connecteurs (2006) et Le cinquième pouvoir (2007).

Librairies num

  1. Amazon (4.99 €)
  2. Apple (4.99 €)
  3. Feedbooks (4.99 €)
  4. Fnac (4.99 €)
  5. immateriel.fr (4.99 €)
  6. publie.net (4.99 €)

Librairies papier

  1. Amazon (15.18 €)
  2. Dialogues.fr (15.18 €)

Éditeur : publie.net (1/8/2012 pour la version définitive)
Genre : essai
Formats : PDF, ePub, papier…
ISBN ebook : 978-2-8145-0313-7
ISBN-10 papier: 2814593137
ISBN-13 appier: 978-2814593138

21 commentaires

  1. Anomymous

    Merci…

    de nous donner une nouvelle fois le courage d’avancer, et me faire entrevoir que je suis précisément dans la même direction

    J’ai fait le voyage, en toute discrétion, dans le flux réel, en quittant la propriété terrestre, le père de mes enfants, le boulot d’alors. J’ai vécu le minimalisme, entre autre chose. Les foules lyncheuses. Mais surtout le courage d’être, le mouvement perpétuel.

    Aujourd’hui, je dirai que la transformation est permanente, elle s’accompagne du rythme de la vie, c’est donc un processus sans fin. Magnifique.

    Plusieurs ressentis à la lecture de votre document. Un, essentiel, est resté : si l’on prend sincèrement et authentiquement cette voie, alors il m’en apparu comme évident de le faire précisément dans le silence. Et si silence il y a, alors, paradoxalement, l’impact de notre transformation a moins de visibilité que ceux qui restent dans l’habitude, les actes egocentriques, consuméristes, les préjugés et le cloisonnement de la pensée.

    Il faut exercer une vigilance de tous les instants sans pour autant voir le monde se transformer (au coeur même de l’être humain). Je pense que nous sommes responsables, avant tout, individuellement comme vous l’expliquez en relatant l’expérience de Gandhi. Mais il est juste de dire que le chemin est long et que sans doute, la première des forces est de reconnaitre son groupe d’appartenance.

  2. Pingback: Si j’étais vous, je lirai l’alternative nomade | zoupic - le propre de l'Om

  3. Pingback: Bibliobsession » Propulser dans les flux, l’alternative nomade 1/12

  4. Pingback: Bibliobsession » Les trois états du flux et l’attention, l’Alternative nomade 2/12

  5. Pingback: Bibliobsession » La lecture en réseau, l’alternative nomade 3/12

  6. Pingback: Bibliobsession » Des bains communautaires, l’alternative nomade 4/12

  7. Pingback: Reinventare la blogosfera federando i blog | LSDI

  8. Pingback: TEDxAlsace » Blog Archive » TEDxAlsace : Ca sera 11 Speakers

  9. Pingback: Thierry Crouzet confond le média et le message | zoupic - le propre de l'Om

  10. Pingback: Quand on aime la liberté, on n’aime pas la centralisation » Article » OWNI, Digital Journalism

  11. Pingback: Livre : comment inventer un datamining plus humain ? » Article » OWNI, Digital Journalism

  12. Pingback: L’édition interdite: nous sommes (presque) prêts « Comprendre le livre numérique

  13. Mathieu

    Je suis entrain de dévorer L’alternative nomade, j’adore.
    Je ne résiste pas à l’envie de laisser une trace sur cette page avec quelques commentaires autour des thématiques de ce site, sans être très rigoureux et en espérant ne pas dénaturer ce que je reprends.

    Comment j’ai découvert Thierry Crouzet ?
    En cherchant “décentralisation” dans google. Je réfléchis beaucoup à cette idée : (grosso modo) comment le gouvernement (/le pouvoir), centralisé tel qu’il est structuré, peut espérer résoudre les multiples problématiques qui se présentent dans une société toujours plus complexe ? Sous quelle forme de décentralisation pouvons nous y arriver et comment ?
    Quelle joie de découvrir les réflexions de l’auteur et de voir que les recherches sur internet (je parle des recherches visant à avancer dans ses réflexions), ça marche. Et ça marche comme le dit l’auteur lui même.

    Comment j’ai réussi à ouvrir le livre ?
    Ca n’a pas été simple. Je comptais l’acheter à la fnac mais il n’y était pas. Je l’ai donc acheté sur fnac.com sous format électronique, seul choix possible. Après avoir passé commande j’ai fermé le navigateur en me disant que le livre allait m’arriver par un moyen ou un autre… Après réflexion j’ai compris que je devais me rendre dans un espace spécifique du site de la fnac pour le télécharger. Jusque-là, ok. Après l’avoir mis sur mon blackberry, je cherche à l’ouvrir… aucune application. Je me rends sur l’appworld (bibliothèque d’applications), je ne trouve rien. Je cherche sur internet, je trouve 3 applications. Deux ne marchent pas. La troisième lit un autre format d’ebook. J’ai réussi à trouver une application qui convertir les formats de ebook. Victoire. L’application “Mobipocket” n’est quand même pas géniale, je profitais de la fonction “marque page” pour marquer les pages qui m’intéressaient particulièrement et aujourd’hui, bug, j’ai perdu tous les marque pages y compris celui de ma page en cours… pffff… Ya du progrès à faire.

    Comment je lis mon premier livre électronique ?
    C’est super, j’étais réticent à l’idée de lire sous format électronique mais je m’ y suis fait très vite ! Savoir qu’on a son livre sous la main, dans son mobile, ouvert à la bonne page (quand ça marche) n’importe où n’importe quand c’est cool. Plus besoin de penser à l’emporter, plus besoin de se demander si on aura le temps de lire en partant pour le prendre, plus besoin de trouver comment le porter. Et cette idée de pouvoir annoter les pages en direct, c’est super. Ca ne pèse rien, ça ne gâche pas de papier…

    Qui avance et comment on avance ?
    Maintenant que je crois (et je sais que ce n’est pas vraiment l’objet du livre ni de ce site) que je ne suis pas seul à penser qu’il faut revoir la politique sous l’angle d’une “décentralisation”, et que les réflexions sont déjà très avancées sur le sujet, j’aimerais bien savoir comment on avance, et s’il existe des groupes de réflexion sur ce sujet, des associations, des blogs, un nouveau parti ?
    Je crois que naturellement ces idées vont s’imposer peu à peu, sous une forme ou sous une autre mais il faudra combien de temps ?
    Est-ce que nous pourrions imaginer que par la voie “classique”, un candidat se présente et se fasse élire avec, non pas un programme, mais une mission de déprogrammation de certaines fonctions de l’Etat ? Est-ce que quelqu’un a déjà réfléchi à ce qui devrait rester centralisé et ce qui devrait cesser de l’être ? Qui, quel type d’institutions indépendantes du chef de l’Etat pourrait prendre le relais et comment ?

    Merci encore

  14. Thierry Crouzet

    @Mathieu C’est ton commentaire qui fait plaisir

    La réflexion sur la décentralisation est décentralisée et par elle-même étrangère à la notion de parti. On en parle sur les blogs, les réseaux sociaux, dans les cafés… mais c’est une approche qui dérange les forces en place, celles au pouvoir ou celles qui veulent le gagner, donc c’est encore assez compliqué… cette idée doit d’abord germer dans l’esprit de beaucoup de gens.

  15. Pingback: Qu’est-ce qu’un « animateur réel de communauté virtuelle  ? « Martial & Gilou

  16. Pingback: blog bookrepublic » Blog Archive » Se non sei un programmatore non sei un autore

  17. Pingback: Rezonance : le blog» Blog Archive » Devenir nomade dans le graphe social !

  18. Pingback: L’alternative nomade | Open World

  19. Phil L.

    “Est-ce que nous pourrions imaginer que par la voie “classique”, un candidat se présente et se fasse élire avec, non pas un programme, mais une mission de déprogrammation de certaines fonctions de l’Etat ? Est-ce que quelqu’un a déjà réfléchi à ce qui devrait rester centralisé et ce qui devrait cesser de l’être ?”

    Ca a été inventé au XVIIIè siècle, ça s’apelle “libéralisme” :)
    MLG et Parti Pirate sont des bons exemples d’organisations politiques allant dans ce sens. Mais il faudra aussi dépasser ces mouvements, pour que chaque individu prenne en charge sa politique.

  20. Pingback: Les mutins sont partout | Jeanne Ar Gall, pyrate

  21. Loupzen

    Le bon jour vous va bien,

    “vous êtes un instable, que fuyez vous?
    Ces phrases prononcées par des DRH et des patrons, je les ai prises comme des agressions..jusqu’au jour où j’ai compris que j’avais la culture nomade dans le sang (retour aux sources)Je suis devenu MOI à 30 ans et à 63 je ne regrette pas ma vie on the road again.Je suis entrain de faire un blog racontant mes tribulations….. je constate que la jeune génération est plus futée que nous les anciens vous, vous avez OSE.sans peurs du “quand dira t on”
    Merci